L'Ordre National des Infirmiers alerte sur des « points de fragilité »

44 %
Début octobre 2020, 44% des infirmiers en établissement font savoir
qu'ils manquent d'équipements de protection.

Alors que l’épidémie de Covid-19 s’accélère en France, l’Ordre National des Infirmiers alerte sur les mauvaises conditions de travail des infirmiers et les manquements dans l’organisation des soins, qui pourraient être préjudiciables aux patients.

Pour 2 infirmiers sur 5, le système de soins n’est pas prêt pour affronter le Covid-19

Dans un grand nombre d’hôpitaux, l’organisation des soins laisse à désirer, remettant en cause la qualité des soins prodigués aux patients, nous apprend une enquête réalisée par l’Ordre National des Infirmiers. Selon cette enquête, les effectifs d’infirmiers sont d’ores et déjà en tension. Parmi les infirmiers exerçant en établissement, un tiers (33%) considère « être moins nombreux que d’habitude ». 59% des infirmiers ont vu leur charge de travail augmenter depuis le début de la crise (75% pour les infirmiers salariés / exerçant en établissement), et 57% des infirmiers exerçant en établissement indiquent « ne pas disposer du temps nécessaire pour prendre en charge les patients ».

Pire, 43% des infirmiers ont le sentiment que « nous ne sommes pas mieux préparés collectivement pour répondre à une nouvelle vague de contaminations ». 44% des infirmiers en établissement et 68% des libéraux font savoir qu’ils manquent d’équipements de protection. 30% des infirmiers « exercent des taches qui sortent de leur champ de compétences réglementaire pour faire face au surcroit d’activité général lié au Covid », aussi bien en ville qu’en établissement.

Des infirmiers positifs au Covid-19 invités à venir travailler

Près des 2/3 des infirmiers déclarent que « leurs conditions de travail se sont détériorées depuis le début de la crise » (64% pour les infirmiers salariés / exerçant en établissement). Par ailleurs, 3,5% des infirmiers déclarent avoir été invités à venir travailler alors qu’ils avaient été testés positif au Covid-19 (4,5% en établissement), et 1 infirmier sur 5 a observé qu’il a été demandé à un de ses collègues de venir travailler bien que positif au Covid-19 (ce chiffre monte à 27% en établissement).

Globalement, les infirmiers abordent cette période difficile en petite forme. 33% des infirmiers déclarent qu’ils étaient en situation d’épuisement professionnel avant la crise, et ils sont aujourd’hui 57% à déclarer « être en situation d’épuisement professionnel depuis le début de la crise ». À noter que près d’1 infirmier sur 5 n’a pas pu prendre de congés depuis mars 2020 (29% parmi les libéraux). Face à ces constats, 37% des infirmiers affirment que la crise que nous traversons leur a donné l’envie de changer de métier, et 43% ne savent pas s’ils seront toujours infirmiers dans 5 ans.


A découvrir