Important. L'ère de la pénurie commence pour Bloomberg Economics !

3,6 %
Le FMI a baissé sa prévision de croissance mondiale pour 2022 à 3,6%.

Bloomberg ce n’est pas rien, c’est une agence de presse financière créé en 1981 par Michael Bloomberg, qui deviendra par la suite maire de New York de 2002 à 2013, avec plus de 10 000 employés répartis dans plus de 130 pays Bloomberg est l’un des « monstres » du marché de l’information financière et de l’analyse économique.

Chez Bloomberg vous n’avez que du « sérieux », du « crédible » et il n’y a pas la place pour l’approximation et les rumeurs, ce qui fait de cette agence de presse devenue également chaîne d’informations une référence mondiale.

L’un des dernier papier livré par Bloomberg Economics (les analystes maison) mérite d’être lu et il est très important de s’arrêter dessus .

C’est en anglais et c’est assez long à lire. Je vous ai donc traduit cet article ci-dessous et vous pourrez le lire en totalité pendant vos longues soirées de week-end prolongé.

Que dit cet article ? Qu’il faut bien mesurer l’impact destructeur de valeur, de PIB et de richesse induit par une démondialisation et par l’ère de la rareté.

C’est exactement mon scénario central, et c’est la raison pour laquelle, inlassablement, depuis des années, je tente modestement d’inciter le plus grand nombre à se préparer à des moments moins faciles parce que ces moments sont parfaitement prévisibles depuis longtemps.

C’est la raison aussi pour laquelle vous aurez dans quelques jours accès à mon dossier spécial PRP, pour Plan de Résilience Personnel, qui vous donnera les clefs pour vous accompagner de manière plus concrète dans les préparatifs nécessaires, pour vous permettre de réduire les effets des chocs terribles qui se profilent sur vos patrimoines mais également, et sans doute encore plus important sur votre niveau de vie quotidien.

Voici l’article passionnant de Bloomberg. Partagez-le massivement.

Il n’y a rien de politiquement incorrect là-dedans ! Cet article devrait d’ailleurs faire la « Une » de la presse française.

L’ère de la pénurie commence avec 1,6 billion de dollars de pertes pour l’économie mondiale

Les liens qui unissaient l’économie mondiale et permettaient de fournir des biens en abondance dans le monde entier sont en train de se défaire à un rythme effrayant.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie et les blocages liés à la politique Zero Covid en Chine perturbent les chaînes d’approvisionnement, frappent la croissance et poussent l’inflation à des sommets inégalés depuis quarante ans. Ce sont les principales raisons pour lesquelles Bloomberg Economics a réduit de 1 600 milliards de dollars ses prévisions pour le PIB mondial en 2022.

Mais que se passe-t-il si ce n’est qu’un premier choc initial d’une longue série ? La guerre et la peste ne sont pas éternelles. Mais le problème sous-jacent – un monde de plus en plus divisé par des lignes de faille géopolitiques – ne peut que s’aggraver.

Bloomberg Economics a réalisé une simulation de ce à quoi pourrait ressembler, à long terme, un renversement accéléré de la mondialisation. Il en ressort une planète nettement plus pauvre et moins productive, avec des échanges commerciaux revenant au niveau d’avant l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce. Autre coup dur : l’inflation serait probablement plus élevée et plus volatile.

Une situation qui va perdurer

Pour les investisseurs, un monde de mauvaises surprises en matière de croissance et d’inflation n’a guère de quoi réjouir les marchés des actions et des obligations. Jusqu’à présent, en 2022, les matières premières – dont la rareté entraîne une hausse des prix – ont été parmi les grands gagnants, de même que les entreprises qui les produisent ou les commercialisent. Les actions des entreprises de défense ont également surperformé, alors que les tensions mondiales montent en flèche.

« La fragmentation va perdurer », déclare Robert Koopman, économiste en chef de l’OMC. Il s’attend à une « mondialisation réorganisée » qui aura un coût : « Nous ne serons pas en mesure d’utiliser la production à faible coût et à coût marginal aussi largement que nous l’avons fait. »

Pendant trois décennies, l’économie mondiale s’est caractérisée par sa capacité à produire toujours plus de biens à des prix toujours plus bas. L’arrivée sur le marché mondial du travail de plus d’un milliard de travailleurs originaires de Chine et de l’ancien bloc soviétique, associée à la chute des barrières commerciales et à une logistique hyper-efficace, a donné naissance à une ère d’abondance pour beaucoup de gens, mais les quatre dernières années ont apporté une série croissante de perturbations. Les tarifs douaniers se sont multipliés pendant la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. La pandémie a entraîné des blocages. Aujourd’hui, les sanctions et les contrôles à l’exportation bouleversent l’offre de produits de base et de marchandises, ce qui risque de confronter les économies avancées à un problème qu’elles pensaient avoir vaincu depuis longtemps : la pénurie. Les pays émergents pourraient être confrontés à des menaces plus graves pour la sécurité énergétique et alimentaire, comme celles qui provoquent déjà des troubles dans des pays allant du Sri Lanka au Pérou. Et tout le monde devra faire face à la hausse des prix.

Quelques chiffres illustrent l’ampleur des nouvelles barrières.

Tarifs douaniers : La guerre commerciale a vu les taxes américaines sur les produits chinois passer de 3 % à environ 15 % au cours de la présidence de Donald Trump.

Blocages : Les mesures de répression prises cette année en Chine ont mis en péril des centaines de milliards de dollars d’exportations et perturbé les chaînes d’approvisionnement d’entreprises telles que Apple Inc. et Tesla Inc.

Sanctions : En 1983, les flux commerciaux soumis à des interdictions d’exportation ou d’importation ne représentaient qu’environ 0,3 % du produit intérieur brut mondial. En 2019, cette part a été multipliée par plus de cinq. Les embargos généralisés déclenchés par l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les efforts déployés par les pays pour sécuriser leurs propres approvisionnements en interdisant les ventes à l’étranger – comme la récente interdiction des exportations de blé par l’Inde – ont encore fait grimper ce chiffre.

D’un certain point de vue, tout cela fait partie d’une rupture mondiale qui oppose la démocratie occidentale et les marchés libres à l’autoritarisme chinois et russe. Mais il n’est pas nécessaire de croire à une lutte manichéenne entre le bien et le mal – ou de s’attendre à ce que les camps rivaux se séparent derrière un nouveau rideau de fer – pour voir les coûts potentiels.

Environ 6 000 milliards de dollars de marchandises – soit l’équivalent de 7 % du PIB mondial – sont échangés entre pays démocratiques et autocratiques. Pour illustrer les risques d’un grand démêlage, Bloomberg Economics a introduit un droit de douane de 25 % sur l’ensemble de ce trafic dans un modèle de l’économie mondiale. Ce taux est égal aux taux les plus élevés que les États-Unis et la Chine ont appliqués l’un envers l’autre, et il peut également remplacer d’autres types de frictions, comme les sanctions et les interdictions d’exportation.

Résultat : le commerce mondial plonge d’environ 20 % par rapport à un scénario sans découplage, retombant à son niveau de la fin des années 1990, avant l’adhésion de la Chine à l’OMC, en pourcentage du PIB. C’est un changement énorme et déchirant.

Tous les pays devraient réorienter leurs ressources vers des activités où ils sont moins bons. Une grande partie de la productivité associée au commerce serait perdue. À long terme, un retour de la mondialisation aux niveaux de la fin des années 1990 laisserait le monde 3,5 % plus pauvre que si le commerce se stabilisait à sa part actuelle de la production, et 15 % plus pauvre par rapport à un scénario de renforcement des liens mondiaux.

Le modèle montre que 7 % supplémentaires des relations commerciales existantes se déplaceraient entre les blocs. Concrètement, cela pourrait signifier que les usines fabriquant des biens pour les marchés américains passeraient de la Chine à, disons, l’Inde ou le Mexique.

Comme le suggère cet exemple, il y aurait des gagnants. Mais la transition prendrait du temps et provoquerait de graves goulets d’étranglement en cours de route, ouvrant la voie à une période d’inflation élevée et volatile. Comme Kenneth Rogoff, alors économiste de premier plan au Fonds monétaire international, l’a signalé en 2003 : « L’économie mondiale semble aujourd’hui immergée dans une longue vague de faible inflation, mais l’expérience montre que de nombreux facteurs, notamment un conflit exacerbé qui renverse la mondialisation, peuvent y mettre un terme. »

Camps rivaux

Certes, il est peu probable que la réalité de la fracture mondiale se déroule selon des lignes idéologiques aussi tranchées. Néanmoins, ces chiffres donnent une idée de ce qui est en danger.

On peut pardonner aux démocraties de se sentir menacées. En 1983, lorsque Ronald Reagan a qualifié l’Union soviétique d' »empire du mal », les pays autoritaires représentaient environ 20 % du PIB mondial. En 2022, cette part est passée à 34 %. Dans les années à venir, avec la Chine qui devrait dépasser les États-Unis et l’Europe, elle sera encore plus élevée.

La guerre en Ukraine montre que des systèmes politiques rivaux s’alignent dans des camps opposés. Le président chinois Xi Jinping continue de soutenir son allié russe Vladimir Poutine, tandis que l’Europe et les États-Unis sont alignés sur les sanctions à l’encontre de Moscou et le soutien militaire à Kiev. Elle montre également les limites de ce cadre. L’Inde, la démocratie la plus peuplée du monde, continue d’acheter du pétrole et des armes russes. De nombreuses autres démocraties – en Asie, en Amérique latine et ailleurs – montrent peu d’empressement à se joindre à la campagne de pression économique et financière sur la Russie menée par les États-Unis.

Qu’elles soient définies par un clivage idéologique ou simplement par des intérêts divergents dans un monde multipolaire, les lignes de faille qui se creusent sont réelles. Les dernières fermetures liées au Covid en Chine sont un bon exemple de certaines de leurs conséquences plus difficiles à prévoir.

Dans un monde où les relations entre grandes puissances seraient plus amicales, les dirigeants chinois auraient probablement acquis suffisamment de vaccins ARNm efficaces fabriqués aux États-Unis par Pfizer et Moderna pour donner à leur population une certaine immunité omicronique, permettant ainsi à l’économie de rouvrir. Dans un monde où la Chine est déterminée à démontrer son autosuffisance et à éviter de dépendre des innovations étrangères, ils ne l’ont pas fait.

En conséquence, les 1,4 milliard d’habitants de la Chine ne sont pas suffisamment protégés contre le virus. Laisser l’omicron se déchaîner pourrait causer 1,6 million de décès, selon une étude récente parue dans la revue Nature Medicine. Pékin n’a donc d’autre choix que de poursuivre ses mesures draconiennes de confinement. En conséquence, la Chine subit un coup dur à sa croissance. Et le reste du monde doit faire face à de nouvelles perturbations des chaînes d’approvisionnement, alors que les usines chinoises s’arrêtent et que les cargos restent à l’arrêt devant le port de Shanghai.

La menace qui pèse sur les économies américaine et européenne ne se limite pas aux répercussions des blocages chinois, ni au contrecoup de leurs propres mesures contre la Russie. Ils pourraient également être exposés à des représailles directes.

L’interdiction par la Chine, en 2010, de la vente au Japon de terres rares, éléments essentiels à la fabrication de tout, des téléphones intelligents aux batteries des voitures électriques, illustre la manière dont les contrôles des exportations peuvent être utilisés par les deux parties. La Russie qui coupe le gaz à la Pologne et à la Bulgarie en est un autre. Si Poutine va plus loin et coupe également les livraisons à l’Allemagne, à la France et à l’Italie, cela mettrait en péril 40 % de l’approvisionnement de l’Union européenne, faisant basculer le bloc européen de la reprise post-Covid à une récession douloureuse.

Même dans les profondeurs de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, l’idée d’une rupture extrême entre des camps géopolitiques rivaux semblait farfelue. Le degré d’interdépendance incarné par les chaînes d’approvisionnement d’entreprises comme Apple semblait trop important pour être démêlé. Certains ont fait valoir que la fin de l’administration Trump rétablirait des relations normales.

En 2022, avec les tarifs douaniers de la guerre commerciale toujours en place, la crise de Covid ajoutant à la pression pour localiser les chaînes d’approvisionnement, et la Russie bloquée hors des marchés américains et européens, cela ne semble pas si farfelu.

L’intensité des chocs actuels dus à la guerre et à la peste va s’estomper. Mais pas les forces sous-jacentes de la démondialisation. Préparez-vous à un monde de croissance plus faible, de prix plus élevés et de volatilité accrue.

Méthodologie et sources

Pour estimer l’impact de la démondialisation sur les flux commerciaux internationaux, Bloomberg Economics a utilisé le modèle quantitatif de commerce international développé par Antras et Chor (2018) et a imposé un tarif de 25 % sur toutes les exportations de biens et de services entre les pays du bloc démocratique et les pays du bloc autocratique, tels que classés à l’aide des scores de Freedom House.

L’impact d’une intensité commerciale plus faible sur la production mondiale est dérivé de l’estimation de la relation historique entre la mondialisation (à l’aide de l’indice de mondialisation agrégé de l’institut KOF) et le PIB potentiel (à l’aide des estimations de Bloomberg Economics pour l’approfondissement du capital et la productivité totale des facteurs), dans l’esprit de Del Negro et Primiceri et al. (2015).

La classification des pays entre démocraties et autocraties est basée sur les rapports annuels Freedom in the World de Freedom House. Les pays dont le score de liberté dans le monde est supérieur ou égal à 50 sont classés comme des démocraties.

Les volumes commerciaux soumis à des sanctions sont calculés comme le total des flux commerciaux bilatéraux exposés à des interdictions partielles ou totales d’importation ou d’exportation, sur la base des données de la Global Sanctions Data Base (GSDB), Felbermayr et al. (2020).

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.