Pétrole : la pénurie menace selon l'AIE

65 DOLLARS
En janvier 2018 le prix du baril de pétrole a franchit la barre des 65
dollars.

Vous roulez encore et toujours à l’essence et au diesel car les voitures électriques ne sont pas assez pratiques et sont encore trop chères ? Vous risquez de voir le pris des carburants exploser dans la prochaine décennie… et ce ne sera pas totalement la faute aux taxes du gouvernement. L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a prévenu lundi 5 mars 2018 que la pénurie menace.

La demande de pétrole va exploser, la production risque de ne pas suivre

L’AIE avait déjà prévu que le prix du baril de pétrole allait remonter au-delà des 70 dollars aux alentours de 2020-2025. Cette prévision semble se confirmer puisque selon les déclarations de l’AIE du lundi 5 mars 2018 la demande de pétrole va fortement augmenter à partir de 2020.

La Chine sera un des moteurs majeurs de hausse : en 2023 le pays pourrait consommer 104,7 millions de barils de pétrole par jour, soit 6,9 millions de plus qu’actuellement. Et ce n’est pas tout : certains champs pétroliers, notamment dans la Mer du Nord, commencent à s’épuiser si bien que chaque année ce sont près de 3 millions de barils par jour qui vont manquer à l’offre.

Les investissements sont nécessaires

L’AIE estime que cette pénurie de pétrole n’est pas une fatalité mais la solution nécessite de l’argent : elle recommande d’augmenter les investissements alors que les compagnies pétrolières, qui ont subit de plein fouet la guerre du pétrole menée par l’Arabie Saoudite en 2014 et 2015, n’ont toujours pas revu ces investissements à la hausse.

Les Etats-Unis permettront toutefois de combler une partie de la demande : près de 80 % de la hausse de la consommation. Ils vont y parvenir grâce au pétrole de schiste qui continue de se développer.


A découvrir