Prix du pétrole : la Maison Blanche hausse le ton contre l'OPEP+

76 DOLLARS
Le baril de Brent a dépassé les 76 dollars fin juin 2021.

Les prix du pétrole, en Bourse, ont fortement augmenté depuis leur chute historique du milieu de l’année 2020. Ils sont même revenus aux niveaux de début 2019, dépassant les 70 dollars, que ce soit pour le Brent ou pour le pétrole américain, le WTI. La Maison Blanche estime toutefois que le cartel de l’or noir, l’OPEP et ses alliés, soit l’OPEP+, dont ne font pas partie les États-Unis, n’en font pas assez… et que ça présente un risque pour la relance.

Joe Biden demande à l’OPEP+ de produire plus de pétrole

Les pays producteurs de pétrole membres de l’OPEP+ avaient fortement réduit leur production de brut durant l’année 2020 : l’arrêt total de l’activité industrielle et les confinements avaient fait chuter la demande, faisant chuter les prix en Bourse à des niveaux inédits. Le baril de pétrole a frôlé les 10 dollars, du jamais vu, et certains échanges se sont même conclus à un prix négatif, ce qui n’avait pas manqué de créer la surprise.

Depuis, toutefois, l’économie a été relancée : les déplacements ont repris, l’activité industrielle aussi. Mais l’OPEP+ n’a pas effacé la baisse de production. « Bien que l’OPEP+ ait récemment décidé d’une augmentation de production, ces hausses n’effaceront pas totalement les coupes dans la production que l’OPEP+ a imposées durant la pandémie avant 2022. à un moment critique de la relance économique, ce n’est tout simplement pas assez », a déclaré Jake Sullivan, conseiller de la Sécurité nationale de Joe Biden, dans un communiqué publié mercredi 11 août 2021.

« Baisser les prix pour les consommateurs »

Le président des États-Unis en personne, Joe Biden, a tenu un discours similaire mercredi 11 août 2021 devant la presse : « les baisses de productions décidées durant la pandémie doivent être annulées à mesure que l’économie globale est relancée, afin de baisser les prix pour les consommateurs ». Aux États-Unis, comme en Europe, les prix des carburants sont en effet en hausse constante depuis le début de l’année 2021.

L’OPEP+, en juillet 2021, a décidé d’une hausse de la production de 400.000 barils par jour chaque mois entre août et décembre 2021. Mais cette décision est survenue alors que la production était encore de 5,8 millions de barils par jour en-dessous du niveau pré-pandémie. À ce rythme, il faudrait environ 22 mois pour que la production de brut de l’OPEP+ retrouve son niveau pré-crise, soit quasiment deux ans.


A découvrir