Pierre Moscovici se serait servi dans les caisses de Bercy pour la communication de son livre

9 396 euros
A l'époque ministre de l'Economie, Pierre Moscovici percevait un
salaire de 9 396 euros par mois.

François Hollande a décidément les reins solides. Un par un, les membres de son entourage politique proche se font prendre, la main dans le sac. Ainsi le Canard enchaîné révèle dans son édition de cette semaine que Pierre Moscovici aurait reçu un coup de pouce financier de Bercy pour écrire son livre, "Combats. Pour que la France s'en sorte".

 

Un scandale de plus à mettre sur le compte de la majorité politique.

La majorité au pouvoir va de scandale en scandale

Après le train de vie digne d'un prince africain d'Aquilino Morelle, les "sans-dents" de François Hollande, la phobie administrative de Thomas Thévenoud, et les "illettrées" d'Emmanuel Macron, c'est au tour de Pierre Moscovici, ancien ministre de l'Economie et actuel commissaire européen de connaître sa part de scandales. Le Canard enchaîné révèle ainsi dans son édition de cette semaine que l'ancien locataire de Bercy aurait bénéficié de sommes d'argent venant du ministère de l'Economie pour rédiger son livre "Combats".

Pierre Moscovici aurait utilisé le budget com de Bercy pour son livre

Dans les faits, rapporte le journal satirique, Pierre Moscovici se serait servi des deniers publics pour faire sa publicité d'homme politique, et d'auteur. D'après le Canard, "le budget com du ministère a financé des notes préparatoires à la rédaction" du livre de l'ancien ministre de l'Economie, publié fin 2013 chez Flammarion. Des notes qui auraient été rédigées "dans le cadre d'une mission de conseil en communication", rémunérées 19 136 euros par mois de novembre 2012 à fin mars 2013. Pierre Moscovici, à l'époque ministre, percevait tout de même un salaire de 9 396 euros par mois. Un pactole qui permet largement de faire sa communication tout seul...

L'ancien ministre de l'Economie nie les accusations du Canard enchaîné

Evidemment, l'actuel commissaire européen à l'Economie nie en bloc les accusations du Canard enchaîné. Une mauvaise stratégie de com pour le coup, car très peu d'hommes politiques osent remettre en cause les affirmations de ce journal, il faut le dire, très bien informé. Pourtant Moscovici affirme dans les colonnes de l'hebdomadaire qu'il s'agit d'un "livre de ministre de l'Economie, ce qui justifie qu'un conseil en communication ait produit trois petites notes pour faire quelques suggestions très générales en amont"

La communication des hommes politiques financée par vos impôts

L'ouvrage n'aurait été rédigé qu'à 800 exemplaires, d'après les chiffres d'Edistat. Un tirage qui ne permettrait pas à Moscovici de toucher des droits d'auteur. C'est bien le moins. On retiendra tout de même que les impôts des Français servent à financer la communication des hommes politiques en fonction. Une bourde de plus à mettre sur le compte de la majorité au pouvoir, à laquelle vient s'ajouter à la dernière minute l'information selon laquelle Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire du PS, aurait menti sur son CV. On aura tout vu. 


A découvrir

Jean-Baptiste Le Roux

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour RCF où il est en charge de l'actualité sur web. Il a travaillé pour Perspective Entrepreneurs, Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et ancien membre de l'Association des Journalistes de Défense.