Plus d'un quart des professionnels ne respectent pas les droits des consommateurs en été

26,5 %
Le taux d'anomalies constatées est de 26,5 %.

Cet été encore, l’Opération interministérielle vacances a opéré plus de 19 000 vérifications, pour s’assurer que les droits des consommateurs sont bel et bien respectés pendant leurs vacances.

Moins de scrupules

L'enquête a débuté le 1er juin et devrait se terminer le 15 septembre. Le bilan à mi-parcours est plutôt mitigé, dans la mesure où cette année encore, l’Opération interministérielle vacances (OIV) a révélé un taux d’anomalies de 26,5 % (contre 23 % l’an dernier à la même date, et 22 % en 2015). Cela indique en somme que tous les professionnels ne respectent pas scrupuleusement les droits des consommateurs pendant l’été, loin de là. 

Cette année, trois secteurs sont visés : l'hébergement (notamment les offres en ligne), les activités et produits liés au bien-être et aux loisirs, et enfin les services de restauration dans les zones à fortes densité touristique.

Les anomalies constatées ont donné lieu à des avertissements et à des mesures administratives, afin d’assurer la mise en conformité des pratiques, et à des centaines de procès-verbaux pour sanctionner les pratiques les plus graves.

L’objectif de l’OIV est de permettre aux estivants de profiter pleinement de leurs vacances et de pouvoir consommer en toute confiance, en les protégeant contre les pratiques déloyales, les abus et les infractions au droit de la consommation.

Des vacances de qualité ?

L’Opération interministérielle Vacances (OIV) est une action nationale et interministérielle, pilotée par la DGCCRF, à laquelle participent les services de l'État en charge de la sécurité sanitaire des aliments, et de la santé et la protection animales, de la concurrence, la consommation et la répression des fraudes, des douanes, de la santé ainsi que de la jeunesse et des sports.

D’un point de vue général, les contrôles visent notamment à vérifier le respect des règles d’information du consommateur ; contrôler la qualité et la sécurité des produits et des prestations proposés sur les lieux touristiques, dont l’hébergement de vacances dans ses différentes formes ; veiller au comportement loyal des professionnels.


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.