Tests anti-pollution automobiles : et si Renault aussi trichait ?

3,2 %
Le groupe Renault a vu ses ventes augmenter de 3,2% en 2014.

Après Volkswagen, fortement touchée par un scandale planétaire concernant ses émissions d'oxydes d'azote, les ONG écologistes redoublent d'efforts pour traquer les fraudeurs. Une de celles-ci, allemande, aurait épinglé le constructeur français Renault et son modèle Espace 1,6 dCi. Tentative de buzz ou véritable scandale ?

Deutsche Umwelthilfe : la bête noire des constructeurs automobiles

L'ONG allemande Deutsche Umwelthilfe (DUH) n'en est pas à son coup d'essai : elle a déjà accusé plusieurs marques de tricher et d'annoncer des émissions inférieures aux émissions réelles afin d'être conformes à la réglementation en vigueur. Si Renault est sa dernière cible, en effet, Volkswagen, Audi, Daimler, BMW ou encore Opel sont dans son collimateur depuis des mois.

Jusque-là, sauf peut-être Volkswagen qui a avoué avoir triché, tous les constructeurs ont nié ou n'ont tout simplement pas réagit aux accusations. Pourtant parfois, comme c'est le cas pour la Opel Zafira à motorisation diesel, les émissions sont 17 fois supérieures à la limite réglementaire des moteurs estampillés "Euro 6".

Renault accusé de polluer... comme en 1980

L'accusation portée contre Renault par DUH est toutefois très grave : selon les tests menés par l'ONG à l'université de Berne, les émissions d'oxydes d'azote (NOx) seraient... 25 fois supérieures à la limite autorisée pour les moteurs Euro 6. Une accusation forcément réfutée par le constructeur français qui réitère que son modèle Renault Espace est conforme à la réglementation.

Pour l'ONG, donc, le Renault Espace émettrait près de 2 000 mg/km de NOx contre les 80 mg/km autorisés au maximum. "Nous n'avons pas vu des émissions à un tel niveau depuis la fin des années 1980, avec l'adoption de limites européennes d'émission" a commenté Axel Friedrich, membre de DUH et expert des transports.

Renault de son côté rappelle que l'ADAC, organisme indépendant allemand, avait testé le moteur incriminé et l'avait jugé conforme. Pour Renault il s'agit donc d'un problème lié aux tests menés par DUH qui ne seraient pas conformes.

Une guerre des tranchées qui s'annonce, en somme...


Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio