Pour vous en sortir vous devez comprendre que nous sommes dans une économie administrée

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Les illusions et les fictions imaginaires ont la peau dure.

Vous êtes, nous sommes, des agents économiques doués de raison et de capacités de décision.

Nous faisons nos choix et c’est très important de le rappeler par rapport aux éléments d’informations à notre disposition, par rapport à nos anticipations et par rapport à nos croyances comprenez par là ce que nous tenons pour vrai ou pour acquis.

Si vous faites de mauvais choix, soit c’est parce que vous vous trompez et que vos anticipations sont mauvaises, soit les informations dont vous disposez sont erronées ou partielles, soit parce que vos croyances sont… fausses.

L’art du système totalitaire marchand actuel est de vous maintenir en réalité le plus loin possible de la vérité. Les informations que l’on vous donne sont fausses ou très partielles. Les croyances que l’on vous impose vous font voir le monde tel que certains veulent qu’il apparaissent mais pas du tout tel qu’il est.

Soumis à une telle propagande économico-médiatique, les agents économiques de base ne peuvent qu’être orientés vers de mauvaises décisions pour eux. Pour eux seulement, car quand nous faisons de mauvais choix, dans un jeu à sommes nulles ce que nous perdons, d’autres le gagnent!

Ce que je veux vous démontrer aujourd’hui, c’est que le système totalitaire marchand est totalitaire. Il n’est ni libéral, ni néolibéral, ni communiste, il a sa propre dynamique, et il tente par tous les moyens de camoufler au plus grand nombre sa véritable nature.

Je vais tenter de vous la décrire d’une autre manière aujourd’hui.

Comment définir l’économie administrée ?

Selon mon manuel d’économie à savoir mon dictionnaires de sciences économiques et sociales qui me sert de « bible » pour mes cours d’économie en écoles, une économie administrée est une économie dans laquelle les mécanismes de marché sont fortement encadrés par un ensemble de réglementations…

Avouez que là c’est clair. La France mais pas que, est totalement dans une économie administrée par des réglementations. Le marché est d’ailleurs terriblement entravé par de très nombreux aspects.

D’ailleurs il faut distinguer deux sortes de marchés et c’est fondamental pour la suite.

Le marché des entreprises.

Le marché des particuliers.

Dit autrement il y a les réglementations pour les entreprises et celles… pour les particuliers.

Nous y reviendrons.

Quelques exemples pour mieux comprendre

D’abord voici quelques exemples de la vie quotidienne qui permettent de prendre conscience et de formaliser que nous sommes dans une économie administrée et donc totalement encadrée par l’Etat et parce que nous sommes en Europe par la Commission Européenne et ses directives dont les lois nationales ne sont que les simples transcriptions.

Prenez l’immobilier, loi de défiscalisation et de fiscalisation, loi Alur qui encadre tout, de la durée des baux à la surface minimale de la chambre que vous louez jusqu’au prix du loyer avec des mécanismes d’encadrement de loyers. Il n’y a dans l’immobilier aucune liberté. Vous êtes dans de l’économie administrée pure et dure.

Un autre exemple d’économie administrée avec le secteur automobile. Il vous faut un permis de conduire, après il ne faut pas le perdre, payer tous vos PV, le prix de l’essence n’est pas libre puisqu’il est constitué à plus de 70% par des taxes que vous devez payer, l’Etat impose des normes de sécurité, de pollution et aussi d’entretien.

Tous les deux ans vous devez passer un contrôle technique de plus en plus coûteux et aussi de plus en plus restrictif.

C’est l’Etat qui décide si vous avez encore le droit de conduire ou pas et il vous prend votre argent pour vous « pourrir » la vie. Nous payons notre bourreau. Quand c’est trop gros, cela donne le phénomène des Gilets Jaunes et le rejet généralisé.

Sur une voiture vous payez de la TVA et quand l’Etat veut vous faire acheter des voitures électriques il impose des malus terribles sur des voitures qui n’étaient pas polluantes hier, mais le sont devenues le temps d’un décret…

Mais ce n’est pas tout.

Il y a aussi, plus pervers les normes qui fabriquent de l’obsolescence artificielle.

Par exemple dans l’immobilier, on impose de faire des diagnostics qui sont là aussi de plus en plus restrictifs pour démontrer que vos logements sont des passoires énergétiques.

Puis on impose de faire des travaux pour « la transition énergétique », et pour « l’environnement » dont le gouvernement se contrefiche royalement puisqu’il continue à autoriser les avions dans le ciel par millions, les stations de ski avec leurs canons à neige par milliers, et les bateaux de croisière sans oublier les porte-containers qui utilisent les carburants les plus polluants…

Vous avez aussi les normes d’accessibilité par exemple, non pas que permettre l’accessibilité ne soit pas important, mais il y a plein de façon de rendre accessible un lieu sans avoir à faire une rampe d’accès à 1% par mètre linéaire d’inclinaison nécessitant de travaux aux coûts délirants…

Mais ici on ne cherche par l’efficacité pour nos concitoyens handicapés mais à faire « tourner » l’économie.

Lorsque l’on passe de la télé normale hertzienne à la TNT et qu’il faut équiper tout le monde de décodeurs, on crée artificiellement de la croissance économique parce que l’on « force » la consommation.

C’est valable à tous les niveaux. On vous impose des vaccinations et donc un chiffre d’affaires captif, on vous impose d’acheter tel ou tel article comme par exemple … un gilet jaune à mettre dans votre voiture!

Cela pourrait s’arrêter là, mais rien n’est plus faux. On encadre les dons, et la manière dont vous utilisez l’argent qui est le votre. Pas plus de x euros en espèces. Pas de virements supérieurs à Y. Il faut justifier chaque transaction sinon… attention !

Le corridor de la pauvreté!

Et ce n’est toujours pas fini. Regardez on parle même d’épargne réglementée quand on évoque le Livret A, le PEL ou le LDD !

Toutes vos finances ou presque sont directement codifiées par l’Etat qui vous fait entrer dans un tuyau, vous êtes, à votre corps défendant, prisonnier d’un corridor duquel il vous est impossible ou presque de sortir.

Sachez une chose, dans ce corridor vous n’avez aucune espérance de gain ou de réussite patrimoniale.

L’argent est loin d’être ma motivation première, mais comme vous, je n’ai pas l’ambition d’être pauvre comme Job…

Pour se libérer des carcans imposés et du corridor dans lequel on nous enferme il faut commencer par poser les mots sur la situation, la nommer, la comprendre. Comprendre que nous sommes dans un économie totalement administrée et que cela sera de pire en pire.

Comprendre que nous subissons les normes, la consommation forcée ou l’obsolescence programmée.

Une fois que nous comprenons cela parce que nous l’avons intellectuellement formalisé, les choses commencent à apparaître autrement.

N’oublions pas non plus, pour terminer ce tableau, l’essentiel de cette économie administrée. Le prix maître dans une économie de marché est le prix de l’argent. Le prix de l’argent c’est les taux d’intérêt.

Les taux négatifs, entraînent une économie « zombies », celle des morts-vivants !

Les agents économiques sont généralement rationnels. Si un investissement rapporte 3% quand les taux sont 6% et qu’il faut emprunter 100% de la somme nécessaire, cela implique que l’investissement ne sera jamais rentable car il vous coûtera 6 et ne vous rapportera que 3. Rationnellement vous ne ferez pas cet investissement.

Dans un monde où les banques centrales imposent des taux négatifs, ce qui veut dire que l’argent n’a plus de prix, investir dans un projet qui perdra 1 (-1%) si vous empruntez à -2% vous allez gagner 1 en vous lançant dans un projet… structurellement déficitaire ce qui est totalement délirant.

Vous allez me dire que cela n’existe pas. Et bien détrompez-vous !

L’essentiel de l’industrie automobile est négative.

L’essentiel de l’industrie du gaz de schiste américaine est négative et structurellement déficitaire.

Je ne vous parle même pas d’une entreprise comme Tesla, mais ce n’est pas la seule, c’est l’économie des entreprises que l’on appelle les entreprises zombies.

Les états-Zombies !

Mais ne croyez pas que cela ne concerne que les entreprises avec de mauvaises allocations d’actifs!

Pour les états c’est la même chose.

Regardez les dettes du Japon, des Etats-Unis ou de la France.

Regardez.

Chaque année, dans cette économie administrée nous créons 3 ou 4% de nouvelles dettes sur PIB pour obtenir une croissance de 1 ou 2% de ce même PIB.

C’est la définition même d’économies totalement moribondes.

Nos états sont devenus des zombies, qui donnent l’illusion de vivre parce qu’ils tiennent debout, mais ils ne sont plus que des monstres froids qui dévorent et détruisent presque tout ce qu’ils peuvent.

Encore plus grave, en ayant perdu toute souveraineté en abdiquant leurs pouvoirs au profit d’organisations internationales comme le FMI, la BRI, l’ONU ou encore l’OMC les états se sont totalement désarmés.

Ils n’ont plus aucun pouvoir de régulation vers le haut.

Ils n’ont de pouvoir que vers le bas.

Ils sont devenus le bras armé du totalitarisme marchand pour voler, rapiner, taxer, martyriser les petits, les faibles, c’est-à-dire les peuples.

Prenons le cas de la France. Avec 57% de prélèvements dans le PIB nous sommes en plein délire administrativo-fiscal.

Si l’Etat prélève 57% du PIB et donc de la richesse créée, cela implique qu’il prélève plus de la moitié de toute la production de richesse des agents économiques privés sans rien faire et sans véritablement de justification intellectuelle, économique ou morale.

Prendre 60% de son argent, gagné honnêtement, à quelqu’un ressemble plus à du vol qu’à de la solidarité…

Surtout quand on voit que plus la solidarité coûte cher, moins elle est profitable aux plus pauvres, ce qui pose une autre question à savoir où passent ces sommes considérables.

Quand les Gilets Jaunes demandent « où passe leur pognon », sous ce langage populaire, se cache une question d’une intelligence réelle! C’est même l’une des clefs. Où passe l’argent, où vont les flux…

La réalité ? Un système totalitaire dont vous assurez la prospérité

Nous sommes dans une économie totalitaire, administrée et terriblement encadrée dont la fonction est de déplacer les flux de votre argent, vers les voleurs qui dirigent ce système.

Votre devoir d’épargnant et de citoyen mais également la seule façon de vous en sortir est de comprendre ce qu’il se passe et ce qui se joue.

C’est pour cette raison que je me suis penché très largement sur l’économie administrée dans la lettre STRATEGIES d’Avril. 40 pages pour comprendre que « l’économie administrée c’est le despotisme patrimonial par la dictature fiscale » ! Mais qu’il y a des choses à faire pour vous en protéger au mieux.

Plus de renseignements ici. (Accès à toutes les archives et à tous les dossiers déjà édités pour tous les nouveaux abonnés, soit des centaines de pages d’analyses et plus de 40 dossiers.)

Deux dernières choses pour illustrer cette économie administrée qui est notre prison.

L’éducation et l’assistanat. L’assistanat (et je ne parle pas de l’indispensable solidarité et soutien à ceux qui souffrent qui est un devoir d’humanité) mais de maintenir dans la pauvreté des millions de gens plutôt que de les tirer vers le haut illustre cette économie administrée. Le revenu de base, n’est pas un progrès, c’est une prison. Obéissez et vous aurez votre revenu de base. Soyez Gilet Jaune, protestez et l’on vous coupera les vivres!

L’éducation participe à la même volonté de contrôle social. Nous ne cherchons plus à former des citoyens et des individus doués de raison et de réflexions mais de simples consommateurs abrutis qui préfèrent frotter leurs écrans de smartphone que de se frotter amoureusement à leur conjoint…Lire ici, ou … c’est effrayant.

Le système totalitaire est allé tellement loin dans la destruction de notre humanité, que parfois, il doit corriger certains excès devenus contre-productifs… lisez ici la formation pour apprendre à se regarder dans les yeux. Effarant.

L’économie administrée du totalitarisme marchand veut faire de vous des … zombies.

Vous devez comprendre, que le pire, ce n’est pas d’administrer votre argent, votre entreprise ou votre patrimoine.

Vous devez comprendre que pour administrer votre argent, votre patrimoine, ou vos choix de consommateur, il faut administrer votre âme et détruire votre humanité.

Résister est un devoir. Résister est une nécessité. Une exigence.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.