Prêt Garanti par l'État : l'échéance de remboursement différée d'un an

128 milliards d'euros
En 2020, les banques ont accordé aux entreprises 128 milliards d'euros
au titre de Prêts garantis par l'État.

Les entreprises ayant souscrit un Prêt Garanti par l’État ont désormais le choix de commencer à le rembourser 12 mois plus tard.

Prêt Garanti par l’État : un échéancier décalé d’un an

C’est une nouvelle qui a de quoi soulager les entreprises très impactées par la crise économique due à l’épidémie de Covid-19 : toutes les entreprises ayant souscrit un Prêt Garanti par l’État bénéficieront d’un délai supplémentaire de 12 mois. Ainsi, une entreprise dont la première mensualité de remboursement était fixée au 1er mars 2021 pourra commencer à rembourser son prêt le 1er mars 2022, a annoncé Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances. Les entreprises peuvent dès à présent prendre contact avec leur banque pour différer leur première mensualité.

Autre mesure annoncée le 14 janvier 2021 : les entreprises fermées administrativement (cafés, restaurants, cinémas, théâtres, salles de sport etc.) pourront différer l’amortissement pour les équipements sous-utilisés.

Cafés et restaurants : l’accès au Fonds de solidarité élargi

Deux nouvelles mesures bénéficient également au secteur HCR (hôtels, cafés, restaurants). La première concerne l’accès au fonds de solidarité. Pour déterminer leur éligibilité ou pas à ce fonds, les entreprises doivent par défaut présenter un chiffre d’affaires global. Mais les entreprises du secteur HCR ont désormais la facilité de présenter un chiffre d’affaires « de référence » dont sera déduit le produit de vente à emporter et de livraison. Et comme la vente à emporter la livraison sont aujourd’hui les seules possibilités de vente pour les cafés et restaurants, on peut deviner que ce chiffre de référence sera nul.

Seconde mesure, les entreprises du secteur HCR ayant subi une perte d’au moins 70% de leur chiffre d’affaires auront droit à une aide en pourcentage du chiffre d’affaires, jusqu’à 20% de leur chiffre d’affaires habituel, dans la limite de 200.000 euros par mois. En plus, cette aide est désormais basée uniquement sur la perte du chiffre d’affaires, sans limite en nombre de salariés.


A découvrir