Privatisation de la FDJ : 3 points pour tout comprendre

Après plusieurs essais lors des dernières années, la privatisation de la FDJ devrait avoir lieu dans les prochaines semaines. On vous explique tout !

Privatisation de la Française des Jeux : 3 points essentiels à maîtriser

C’est dossier majeur du gouvernement lors de cette rentrée 2019. Le gouvernement Fillon en 2008 puis Emanuel Macron en 2016, alors ministre de l’économie avaient déjà tenté d’initier la privatisation de la Française des Jeux (FDJ). Le troisième essai devrait être le bon, puisque Bruno Le Maire, ministre de l’économie, a annoncé l’échéance pour la fin de l’année. Retour en trois points clefs sur cette privatisation qui fait débat.

#1 Qu’est-ce que signifie réellement la privatisation de la FDJ ?

Pour faire un état des lieux, l’Etat détient actuellement 72% du capital de la FDJ. En se dirigeant vers une privatisation, cela signifie qu’il compte en détenir à l’avenir moins de 50%. Les derniers bruits de couloir évoquent une conservation de 20% du capital environ. Une vraie révolution pour le groupe qui a grandement évolué depuis son lancement en 1933 et la loterie nationale. Pour l’Etat, c’est l’opportunité de se dégager de missions qui, selon le ministre de l’économie, ne sont plus des priorités. Grâce à cette privatisation, l’Etat pourra également alimenter la cagnotte du fond dédié à l’innovation de plusieurs milliards d’euros.

#2 Quelles répercussions pour les joueurs ?

Si vous suivez l’actualité des casinos en ligne en France, vous savez sûrement déjà que vos habitudes de jeux sur les machines à sous ou autres tables de jeu ne seront pas altérées par la privatisation de la FDJ. En effet, l’activité de la Française des Jeux se limite aux jeux de grattage, aux tirages et aux paris sportifs. Ce sont donc uniquement ces pratiques qui pourront être éventuellement être modifiées à l’avenir selon les politiques futures. Les plateformes de casinos en ligne pourront donc continuer à exercer leurs activités, en étant très peu impactées par l’actualité autour de la FDJ.

#3 Pourquoi cette privatisation est-elle si discutée ?

Même si l’Etat a choisi de conserver un certain pourcentage de parts dans la FDJ pour assurer un contrôle sur l’addiction, des doutes existent sur les moyens qui seront mis en œuvre à ce sujet.

Au sein de l’Assemblée nationale, plusieurs députés se sont opposés vivement à cette privatisation. Pour eux, céder la FDJ à un groupe privé constituerait une perte financière immense. La Française des Jeux est en effet le deuxième plus grand opérateur de loterie en Europe, et compte plus de 25 millions de joueurs et un chiffre d’affaire de 15 milliards d’euros en 2017. Avec une privatisation, les dividendes perçus par l’Etat chaque année seraient forcément plus limitées. En 2017, celles-ci s’élevaient à près de 90 millions d’euros. Ce chiffre serait donc amené à diminuer de manière drastique dans les années futures.

Même si l’opposition publique n’est pas aussi vive que pour l’autre dossier chaud ADP, la privatisation de la FDJ reste tout de même un enjeu majeur que souhaite mener à bien le gouvernement Macron, peu importe ses réfractaires.


A découvrir