Privatisation des radars : sortez les billets, vous allez casquer

2,2 MILLIARDS €
La privatisation des radars mobiles va permettre à l'Etat de récupérer
2,2 milliards d'euros.

Dans une optique d’amélioration de la sécurité routière et de baisse du nombre de morts sur les routes de Franc,e le gouvernement a opté, en octobre 2016, pour la coercition. Une réforme du système des radars automatiques va entrer en vigueur en France en 2017 et elle vise à augmenter le nombre d’amendes données sur les routes en confiant la gestion des radars à des entreprises privées.

Une réforme fortement critiquée

Dès l’annonce de cette réforme de la gestion des radars embarqués qui sont, selon le ministère de l’Intérieur, sous-utilisés, les automobilistes et les associations n’ont pas manqué de lancer leurs critiques. Il n’y aurait en effet aucun bénéfice constaté de l’augmentation des contrôles et des amendes sur la sécurité routière.

La preuve est assez simple : le gouvernement a augmenté le nombre d’amendes données en France ces dernières années et pourtant la courbe du nombre de décès sur les routes de France, en baisse pendant plus de dix ans, s’est inversée depuis 2014. En 2016, 3 496 personnes ont trouvé la mort dans des accidents de la route dans l’Hexagone.

Une réforme qui va surtout remplir les poches de l’État

Si les associations d’automobilistes sont contre cette réforme, ce n’est pas qu’ils nient le problème de l’augmentation de la mortalité routière en France. Ils estiment toutefois que la réforme va surtout faire du bien aux caisses de l’État puisque le nombre d’amendes reçues par les automobilistes va exploser.

C’est ce qu’estime, en tout cas, 40 millions d’automobilistes. Dans un communiqué de presse publié le 20 février 2017, l’association de défense des automobilistes annonce avoir recueilli 300 000 signatures contre cette réforme. « La privatisation des radars embarqués n'a d'autre but que de générer, grâce aux amendes issues des contraventions, d'importantes sommes d'argent qui finiront dans les caisses de l'Etat (...) En revanche, il n'existe aucune preuve que cette mesure ait un quelconque effet positif sur la sécurité routière » écrit 40 millions d’automobilistes.

Selon ses calculs, la réforme devrait améliorer l’argent récolté par l’État en termes d’amendes de près de 2,2 milliards d’euros par an.


A découvrir


Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio