Des prix cassés pour relancer le secteur automobile

90 %
Avec le coronavirus, la fermeture des concessions a fait chuter les
ventes automobiles de près de 90% en avril en France.

400.000...  oui, 400.000 voitures neuves attendent de trouver preneur chez l’ensemble des concessionnaires automobiles de France et de Navarre.

Le marché automobile en chute libre

Des voitures qui auraient dû être vendues au cours des trois derniers mois mais évidemment, avec le confinement, le marché s’est effondré. - 90 % au mois d’avril. En mai, la reprise est très timide depuis le début du déconfinement. Conséquence, tous les connaisseurs du marché automobile s’entendent pour dire que ces ventes ne seront pas rattrapées, car elles ne seront pas reportées dans le temps.

Résultat. Le but avoué de la profession, c’est désormais de tenter de limiter la casse. Il y a plusieurs centaines de milliers d’emplois en jeu derrière, rien qu’en France.

Le retour des primes à l'achat

Pour cela, on commence à connaître le plan de secours du gouvernement. Il annonce le grand retour des primes à l’achat pour les voitures thermiques, et pas seulement pour les voitures électriques ou hybrides. Ce qui n’est pas encore tranché, au moment où j’écris ce billet, c’est de savoir si l’aide ne profitera qu’aux voitures neuves, ce qui serait logique, vu l’objectif poursuivi, ou s’il y aura aussi un coup de pouce à l’achat d’une voiture d’occasion récente.  

En tout cas, retenez que si vous devez changer de voiture, ou encore, équiper un enfant qui a son permis et a besoin d’une voiture pour aller travailler, c’est le moment d’ouvrir les yeux. Dans les prochaines semaines, il y a fort à parier que les prix seront cassés par certains concessionnaires, condamnés à se débarrasser, coûte que coûte, d’une partie de leur stock, pour faire rentrer de l’argent frais. Combiné aux aides qui sont en préparation à Matignon et à Bercy, vous pourriez faire jusqu’à 50% d’économies à l’achat d’une voiture, par rapport aux prix d’avant la crise.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).