GPA, PMA : Les usines à bébés sont prêtes, à trois heures de la France

9900 EUROS
9 900 euros tout compris pour une mère porteuse en Ukraine. Satisfait
ou remboursé !

D'un côté, Manuel Valls et François Hollande qui répètent en boucle que la GPA et la PMA resteront interdites en France. De l'autre, des tribunaux contraints d'inscrire à l'état civil des enfants issus de GPA pratiquées à l'étranger, ou encore d'autoriser l'adoption d'un enfant né après une PMA, par la conjointe lesbienne de la mère. Ethique, sens moral et religions sont appelées à la rescousse. Mais au final, tout cela n'est qu'une histoire d'argent, un caprice de riches. En Ukraine, tout est déjà prêt pour produire des bébés à grande échelle.

"Réduction du printemps, le paquet +succés garanti quantité non-limitée de tentatives+, l'argent est remboursé au cas du résultat négatif : 9900 euros" (sic). Voilà la triste et dure réalité de la GPA (gestation pour autrui), non pas en Inde, non pas au Mali, mais en... Ukraine, dont la capitale se trouve à trois heures de vol de Paris, pays associé à l'Union Européenne, qui espère en devenir membre en 2020.

L'orthographe et le style sont approximatifs (la home-page vous accueille avec un immense "Infrtilitié n'est plus un verdict", sic), mais tout est bel et bien écrit en français sur le site mereporteuse.info qui ne laisse aucun doute sur son but, et les prix y sont mentionnés en euros. Pour 10 000 euros, pardon, pour 9900 euros, offre promotionnelle (quand le prix "normal" est de 12 000 euros), vous pouvez sélectionner la future mère de "votre" enfant sur photo, et lancer la ponte, puisqu'il n'y a pas d'autre nom.

Ici, aucun doute : le ventre est une usine, l'enfant, un produit comme le soutient Pierre Bergé : "La sélection rigoureuse des donneuses et des mères porteuses (la priorité étant donnée aux jeunes femmes en parfaite santé physique et mentale, n'ayant aucun antécédent familial de maladie génétique) et les techniques du transfert embryonnaire (la culture des embryons étant poussée jusqu'à 5 jours afin d'obtenir des blastocyctes) augmentent significativement le taux de réussite". 

Une fois né, quid de ramener le bébé en France, et de faire reconnaître ses parents "adoptifs" par l'état civil ? Pas de souci, le chemin est balisé, jusque dans les couloirs de l'aéroport ! Nouvel extrait d'un des sites commercialisant des bébés sur catalogue :  

"Puisque GPA est légale en Ukraine, on agit en conformité avec la loi. (...) 

Pour lire la suite de cet article chez notre partenaire Yahoo! Finance, cliquez-ici


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).