Il est plus économique de produire de manière écologique que de ne pas le faire

Pocheco devait refaire les toits de son usine. En choisissant d'en
profiter pour les équiper de capteurs solaires, le retour sur
investissement est de seulement 10 ans contre 20 ans en moyenne.

Les 5 et 6 novembre prochains se tiendra au Conseil économique, social et environnemental, le 3ème Parlement des Entrepreneurs d'avenir, un réseau de quelques 700 entrepreneurs. Pendant deux jours, 75 personnalités du monde de l'entreprise, patrons de grands groupes comme de PME ou de start-up partageront au cours d'une quinzaine de tables rondes, les solutions qui leur semblent les meilleures pour apporter des réponses aux nouveaux défis du futur. Chaque jour, Economie Matin donne la parole à l'un de ces Entrepreneurs d'avenir qui nous présente sa solution pour construire dès aujourd'hui, l'économie de demain ! Aujourd'hui : Emmanuel Druon, Président de Pocheco.

Lorsque j'ai repris l'entreprise familiale en 1997, ma volonté était d'intégrer les préoccupations sociétales dans le modèle économique de l'entreprise afin de les faire évoluer pour permettre de conduire un développement soutenable, tout en œuvrant pour réduire l'impact sur l'environnement de notre activité industrielle, la fabrication d'enveloppes de mise sous pli automatique. A l'époque, la situation économique de l'entreprise était difficile mais jamais je n'ai pas pensé que la voie de sortie passait par une délocalisation d'une partie de la production. Au contraire, c'est grâce à mon équipe, aux idées de mes collaborateurs, à leur volonté et leur solidarité que nous avons inventé un modèle d'entreprise différent, où respect de l'homme se conjugue avec préservation de l'environnement mais sans jamais perdre de vue la rentabilité économique.

Les solutions de Pocheco que nous avons déployées se sont organisées autour de quatre piliers : conjuguer écologie et économie et ainsi transiter en une usine écolonomique pour résoudre des problèmes économiques lourds ; réduire l'empreinte environnementale en innovant sur toute la chaine, de l'amont à l'aval en impliquant ses parties prenantes et en recourant aux services rendus par la nature et la biodiversité ; remplacer la croissance à tout prix par la rigueur de l'équilibre et de l'autofinancement ; et réinvestir systématiquement les résultats gagnés par l'entreprise, dans l'entreprise.

Au quotidien, cela se traduit par une philosophie d'action qui veut que chaque décision prise chez Pocheco se doit de respecter trois critères : la réduction de l'impact sur l'environnement et la prévention des pollutions ; la limitation du risque au travail et la baisse de la pénibilité des postes ; enfin l'amélioration de la productivité de l'activité et du site industriel.

Pocheco est ainsi rentrée dans une logique circulaire et notre impact sur l'environnement est mesurablement réduit. Nos déchets sont devenus des ressources. Nous sommes autonomes en ressources hydriques (récupération et utilisation de l'eau de pluie, traitement des eaux usées sur site grâce à une bambousaie de phytoremédiation). Nous visons à devenir autonomes en ressources énergétiques. Nous produisons de l'électricité avec nos panneaux photovoltaïques et nous nous chauffons grâce à la chaleur dégagée par nos machines et par une chaudière à bois alimentée par des palettes et tiges de bambou (provenant de notre site). Nos bâtiments sont isolés grâce à des toitures végétalisées.

La rénovation de la toiture de l'usine en associant des techniques productives et isolantes a assuré un retour sur investissement de 10 ans. Le choix d'une toiture inerte nous aurait coûté moins au départ mais le retour sur investissement aurait été deux fois plus long. Voilà un exemple de l'écolonomie ! Les techniques « écolonomiques » que nous avons mises en place sont à la portée de toute entreprise et notre bureau d'études Pocheco Canopee Conseil a été créé pour aider d'autres entreprises à réaliser des économies, grâce à des solutions écologiques.

300x250 BulleInscrivezVous