Quel est le profil type de l'actionnaire français ?

4 MILLIONS
Il y a en France près de 4 millions d'actionnaires privés.

L'actionnaire français est l'objet de nombreuses idées reçues : il est retraité, riche, et vis de ses rentes.
Mais quand on approfondit la question, on se rend compte que la réalité est bien différente.

Des clichés bien ancrés dans l'inconscient collectif :


Il suffit de discuter un peu autour de soi, pour se rendre compte qu'une grande partie de la population n'a aucune confiance envers le marché boursier.

Parmi les phrases que l'on entend le plus souvent : « Il faut déjà riche pour investir sur ce marché », « Il faut avoir l'esprit d'un joueur de casino pour risquer son argent de cette façon », « Il est impossible d'investir en bourse quand on travaille, seuls les retraités ont le temps »...

C'est donc dans ce berceau d'idées fausses que prend naturellement forme le stéréotype de l'actionnaire français : riche, joueur et retraité.

Une réalité bien différente :


Heureusement, la réalité est bien loin de cette vision un peu trop réductrice.
Grâce à internet, de plus en plus de jeunes actifs peuvent aujourd'hui investir dans les actions et soutenir les entreprises de leur choix.

De plus, l'hexagone comptant plus de 4 millions d'actionnaires individuels, il est difficile de croire que tous se ressemblent.
D'ailleurs, en juin dernier, une étude menée par l'agence Havas Paris, et détaillée dans la lettre de l'Observatoire de l'épargne de l'AMF (nº 9), bouscule de nombreuses idées reçues.
Par exemple, on voit que la moitié d'entre eux ne sont pas encore retraités.
Toujours selon la même étude, l'on constate que 61 % d'entre eux sont des gestionnaires au profil prudent : on est très loin de l'esprit du joueur de casino.
Enfin, parmi la tranche d'âge des moins de 34 ans, la valeur moyenne du portefeuille d'action atteint les 29.000 euros. Là encore, l'image du vieux fonctionnaire millionnaire est l'opposé de la réalité.

Comment déterminer le profil type de l'actionnaire français ?


À la vue de ces résultats, la réponse devient évidente : on ne peut pas déterminer un profil type qui corresponde à la majorité des actionnaires.
Les idées reçues et autres stéréotypes n'ont donc aucune raison d'être.
L'actionnariat français ne peut être représenté par un seul profil, mais par une grande variété d'actionnaires, dont les âges, la manière d'investir, ou le temps consacré à leurs actifs diffèrent de l'un à l'autre.
L'étude met en évidence disparités. Ainsi, l'on trouve des actionnaires amers, de circonstances, patrimoniaux... dont les objectifs et les habitudes ne se ressemblent en rien.
Autre détail intéressant, ce ne sont pas tous de très grands connaisseurs du domaine financier. La plupart préférant faire confiance à leur intermédiaire (généralement leur banquier).
Il est donc très incorrect de définir l'actionnaire français comme un seul type de personne, puisqu'il ressemble à tout un chacun.
Son image a évolué avec le temps, et la possibilité d'investir sur internet, et de choisir soi-même ses titres a grandement favorisé ce changement.
Il n'y a donc pas un seul profil type d'actionnaire français, mais bien plus...

 

Plus d'articles de Sylvain March sur son site : http://www.en-bourse.fr/


A découvrir

Sylvain March

Trader Indépendant depuis 2008, Sylvain March est rédacteur financier pour différents journaux économiques.

Il a voyagé 2 ans autour du monde avec son portable sous le bras, en passant ses ordres à la terrasse des cafés.
Revenu en France, il est devenu formateur en Bourse pour partager son expérience, et propose sur son blog des formations simples et concrètes pour devenir meilleur investisseur.

Découvrir son blog de bourse ici : www.en-bourse.fr