Psychodrame en vue. La Commission européenne va rejeter le budget italien

2 000 milliards €
La dette de l'Italie s'élève à plus de 2 000 milliards d'euros.

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Cet article du très européiste site Euractiv.fr qui titre « La Commission européenne se prépare à rejeter le budget italien » est très important et mérite que l’on s’y arrête quelques instants.

Cette information n’est pas anodine et si elle n’annonce pas (pour tout de suite) la fin du monde, cela en prend le chemin dans la mesure où les institutions européennes souhaitent aller au bout du combat contre les souverainistes italiens.

Comme aux États-Unis entre souverainistes et globalistes, c’est le même combat de titans qui s’annonce entre souverainistes européens et européistes-mondialistes.

C’est d’ailleurs le prolongement de la même guerre sur un autre champ de bataille.

Jorge Valero d’Euractiv écrit donc que « pour la première fois, la Commission européenne va rejeter le budget présenté par un des États membres. À moins que Rome le modifie pour limiter son déficit ».

L'affrontement inévitable ?

Et l’ambiance va être de plus en plus mauvaise, les relations étouffantes.

L’affrontement semble désormais inévitable entre Rome et Bruxelles, après des commentaires faits à Bruxelles par le ministre de l’Intérieur italien le 8 octobre.

« Les ennemis de l’Europe sont ceux qui sont coupés du monde dans leur bunker bruxellois… Les Juncker ou les Moscovici, qui ont apporté l’insécurité et la peur à l’Europe et refusent de quitter leurs fauteuils confortables », a déclaré Matteo Salvini, issu du parti d’extrême droite.

La semaine dernière, la Commission avait écrit à Giovanni Tria, le ministre italien des Finances, pour exprimer ses « grandes inquiétudes » quant au budget national en préparation. Le Premier ministre, Luigi di Maio, de la formation antisystème M5S, a répondu que Rome ne ferait pas marche arrière sur ses prévisions de dépenses.

Les fonctionnaires européens ont donc indiqué que la Commission exprimerait une opinion négative sur le projet de budget italien, qui devrait lui être envoyé d’ici mi-octobre. La proposition sera en effet contraire aux règles européennes contenues dans le Pacte de stabilité et de croissance. 

Et Jorge Valero de conclure en posant la question clef de notre avenir commun (ou pas) à tous : Rome, nouvel ennemi de l’euro ?

Alors que va-t-il se passer ?

La Commission va se laisser une semaine pour tenter de faire changer d’avis au gouvernement italien. Et le gouvernement italien fera un bras d’honneur.

« Si cette tentative n’aboutit pas, la Commission publiera un avis négatif sur le budget deux semaines après sa présentation. La coalition gouvernementale de la Ligue (extrême droite) et du M5S (antisystème) aura alors trois semaines pour soumettre un nouveau budget. » Et le gouvernement italien fera un bras d’honneur.

« Si les changements voulus ne sont toujours pas effectués, la Commission recommandera l’ouverture d’une nouvelle procédure de déficit excessif contre le pays récalcitrant, afin de le forcer à équilibrer ses comptes. » Et le gouvernement italien fera un bras d’honneur…

Comme le gouvernement italien, mais je crois vous l’avoir déjà dit, fera un bras d’honneur (ou plusieurs), il va bien falloir trouver d’autres moyens de pression sur les poids lourds italiens que sont Salvini et Di Maio.

D’ailleurs… comme par hasard, les agences de notation s’apprêtent à revoir la note attribuée à l’économie italienne.

Agence de notation et taux de crédit pour peser sur le gouvernement

« Moody’s, qui a une perspective négative sur la note Baa2 de l’Italie, a déclaré qu’elle publierait une nouvelle évaluation avant la fin du mois. Standard & Poor’s, qui note la dette italienne «BBB» avec une perspective stable, devrait publier sa nouvelle notation le 26 octobre »…

Et vous savez quoi ?

Le gouvernement italien fera un bras d’honneur.

Avec plus de 2 000 milliards d’euros de dette, ce n’est pas l’Italie qui a un problème, ce sont les créanciers de l’Italie.

Si les taux italiens montent trop, ce sera la panique. Une panique que le pompier pyromane bruxellois risque de créer.

Lorsque les taux mettront l’Italie en faillite, c’est l’avenir même de l’euro qui se jouera. Que fera la BCE ? Soit elle interviendra pour ne pas provoquer l’explosion de la zone euro et dans ce cas, les taux italiens baisseront sans que le gouvernement italien n’ait eu à revoir son budget.

Soit la BCE laisse tout le système s’effondrer, contemple le chaos de l’explosion de la zone euro, et les derniers à partir de la Banque centrale européenne éteignent la lumière.

C’est le retour en catastrophe aux monnaies nationales et au chacun pour soi.

Et dans un tel cas, le gouvernement italien garde le même budget.

L’Europe peut jouer les fanfarons… il faudra tout de même cantonner la crise à l’Italie, et la faire plier risque d’être d’autant plus difficile que les souverainistes italiens peuvent compter sur le soutien massif du clan souverainiste américain mené par Trump qui a dit qu’il achèterait de la dette italienne s’il le fallait.

Il n’y a aucune surprise dans ce qui arrive. Rien n’a jamais été réglé.

C’est un combat politique. Un combat géopolitique où tout est lié. De nos besoins d’énergie qui entraînent des guerres à nos problèmes monétaires, tout cela ce ne sont que les multiples facettes du même problème.

C’est donc la nouvelle crise qui arrive.

Jouer le dollar est une bonne idée, car le dollar n’explosera pas. Avoir de l’or est évidemment une bonne idée. Débancariser, une saine prudence. Bref, appliquez les approches que je partage avec vous dans mes lettres STRATÉGIES et mes dossiers spéciaux. Celles et ceux qui veulent en savoir plus pour mieux comprendre, et mieux anticiper, c’est ici.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.