Les radars rapportent beaucoup moins que prévu

75
Seuls 75% des radars étaient disponibles sur l'année 2019, suite aux
nombreux actes de vandalisme.

Les radars routiers ne rapporteraient qu’entre 500 et 600 millions d’euros en 2019 et environ 728 millions en 2020.

De nombreuses dégradations

On est encore loin du compte. L’État ne devrait récolter qu’entre 500 et 600 millions d’euros sur l’année 2019, et ne devrait pas excéder 728 millions d’euros en 2020. Pourtant le gouvernement espérait un gain de 1,04 milliard d’euros grâce aux radars routiers. Une baisse qui s’accentue après des années de pertes de vitesse depuis le record de 2016.

Un déclin du radar qui s’explique par une « vague de vandalisme sans précédent », dixit les documents annexés au projet de loi de finances. Seuls 75% d’entre eux étaient disponibles en 2019, contre 93% en 2017. Ces radars, symbolisant un « racket fiscal » étaient généralement pris pour cibles par les Gilets jaunes au début de l’année. Le gouvernement espère ramener le taux de disponibilité à la hauteur de 2017.

Une baisse de la vitesse moyenne

Le document précise également « une légère baisse de la vitesse moyenne des véhicules de tourisme ». En 2018, elle était mesurée à 79,6 km/h, contre 80,8 km/h l’année précédente. Une baisse qui devrait s’accentuer en 2019 avec une baisse moyenne de 2km/h estimée. En agglomération, les dépassements de vitesse autorisée seraient davantage fréquents sur les axes urbains.

Le parc de radars devrait se développer jusqu’à 4.400 équipements d’ici la fin 2020, au lieu de l’objectif de 4.700. De nouveaux radars tourelles, mais aussi l’apparition de voitures radars ou de panneaux leurres pourraient permettre à l’État de faire monter le taux de prudence des conducteurs… et ses recettes.


A découvrir