Récession : le PIB en 2020 va chuter de 10% selon Bercy (mieux que prévu)

8 %
Le gouvernement table désormais sur une croissance de 8% en 2021.

L'horizon économique de l'Hexagone montre des nuages noirs et une tempête sans précédent… mais elle aurait chuté en intensité, du moins un tout petit peu. Dans ses dernières prévisions, le ministère de l'Économie table sur une chute du PIB inférieure à ce qu'il prévoyait… mais qui reste la pire de l'histoire moderne. Bercy se montre par ailleurs plus pessimiste que la Banque de France.

Une récession qui sera de 10% en 2020

Jusqu'à présent, le ministère de l'Économie s'était aligné avec les prévisions internationales sur la récession qui va frapper la France en 2020 : il tablait sur une chute de 11% du PIB du pays en 2020. Mais il semblerait que ça aille un tout petit peu mieux : les dernières prévisions, publiées par le gouvernement mercredi 16 septembre 2020, font état d'une prévision de chute du PIB de 10% en 2020. Un niveau qui reste inédit depuis la fin de la deuxième guerre mondiale… mais qui est un peu moins pire qu'attendu.

Bercy est plus pessimiste que la Banque de France qui, la semaine du 14 septembre 2020, a relevé ses prévisions passant d'une récession de plus de 10,3% à une récession de 8,7% en 2020.

Et, naturellement, avec cette relative bonne nouvelle, tout est revu à la hausse : le déficit public augmentera 10,2% du PIB tandis que la dette publique ne devrait être plus que de 117,5% du PIB en 2020 (contre 120,9% attendus auparavant).

La crise sera effacée en 2022 !

La bonne nouvelle est néanmoins au niveau de la reprise économique, qui continue de faire débat chez les spécialistes. Ils semblerait que Bercy s'attende à une reprise « en V », soit une augmentation du PIB tout aussi extraordinaire en 2021 que la chute de ce dernier en 2020. Désormais, Bercy prévoit une croissance de 8% pour 2021, un record.

Si elle se confirme, la situation reste encore très incertaine, le gouvernement espère que la crise économique sera complètement effacée à l'horizon de fin 2022, lorsque le PIB aura retrouvé son niveau de fin 2019.

A moins que le coronavirus ne mette les bâtons dans les roues du gouvernement… une nouvelle fois. Bercy concède que la situation sanitaire en France « n'est pas aussi favorable » que ce qui était attendu pour le dernier trimestre 2020… et elle ne cesse d'empirer en France comme ailleurs dans le monde.


A découvrir