Réflexion sur un PIB mondial qui serait augmenté par les guerres ?

230 %
la dette mondiale n?arrête pas d?augmenter, atteignant en fin 2018 un
montant exorbitant de 250 Trillions, 250.000 milliards de dollars,
soit 230 % du PIB mondial.

Je voulais réagir sur un article qui vient de paraître dans les médias et réseaux sociaux, considérant que c’est surtout la guerre, les conflits mondiaux qui ont réussi à maintenir un PIB mondial en augmentation. Et pourtant la dette mondiale n’arrête pas d’augmenter, atteignant en fin 2018 un montant exorbitant de 250 Trillions = 250.000 milliards de dollars, soit 230 % du PIB mondial, 40 % de plus depuis 2008 !!!

La guerre n'est qu’un subterfuge pour « occuper le monde », augmenter le PIB aux détriments de la dette des pays et surtout mondiale. C'est surtout les progrès de la médecine, de l'hygiène, de l'alimentation en augmentant la durée de vie qui sont la cause de la moindre augmentation des PIB et par contrecoup, de l’augmentation de presque tous les déficits, les dettes des pays et surtout parce qu'ils n'ont pas été pris en compte. Au contraire, plus la durée de vie a augmenté plus les diminutions des temps de travail et d'activité se sont accentuées :

Un vrai suicide social et financier

De la faute des gouvernements qui par idéologie politique ont lâché du lest pour faciliter leur élection. Qui aurait voulu manifester, être gilets jaunes, alors qu'en France, on passait par ordonnance, la retraite de 65 ans à 60 ans d'un seul coup, la 5ème semaine de congés, le 8 mai férié (redevenu), les 39 heures, puis les 35 heures ?

Tous ces cadeaux ont obligé nos gouvernants à créer sans arrêt des taxes, des impôts, des prélèvements pour essayer de boucher les trous des budgets. Mais comme ce n'était pas suffisant et par peur de perdre des électeurs, à force d'augmenter la pression fiscale, ils ont eu de plus en plus recours aux emprunts. Ce qui a provoqué progressivement la baisse du pouvoir d'achat, des marges des entreprises, la fermeture de sociétés, des délocalisations, une forte augmentation du chômage. Depuis plusieurs années la France a besoin d'environ 200 milliards par année pour revenir seulement au déficit programmé. Vous pouvez constater que le déficit annoncé n'est environ que de 80 milliards d'euros, car il ne comporte que l’échéance annuelle, le reste sera remboursé plus tard par nos enfants et petits-enfants surtout que François Hollande en a augmenté fortement la durée. Cela d'ailleurs minimise au vu des non-initiés, le niveau du remboursement ! Alors continuons comme cela, dans peu de temps, la France sera en cessation de paiement, donc en faillite. Qui paiera : Tous, puisque le niveau de vie cette fois chutera d’une façon brutale en n’ayant plus la possibilité de payer toutes les aides sociales.

Il est nécessaire de rappeler que ce sont ces aides qui sauvent les apparences au niveau du taux de pauvreté au vu des autres pays. Les pourfendeurs plus à gauche ne se privent pas d’en faire référence pour dire que nous nous en sortons mieux que beaucoup, notamment de notre voisin allemand qui aurait un taux de pauvres supérieur au nôtre malgré des résultats financiers bien meilleurs. « Nous n’avons pas eu à « digérer » l’intégration de l’Allemagne de l’Est » !

Il est toujours nécessaire de rappeler que nous dépensons environ 750 milliards pour le Social. UN RECORD DU MONDE. C'est-à-dire 15% de la part du Social du monde alors que nous ne représentons que 1% de la population mondiale ! Cherchez l'erreur. Et tout cela, parce que NOUS NE TRAVAILLONS PAS ASSEZ ! C'est bien beau le farniente, les loisirs, les vacances, les aides et pour les plus démunis et bien d’autres, de réclamer plus de tout ! Alors poussons nos gouvernants à augmenter les temps de travail et d'activité avec un minimum de 40 heures par semaine et des départs à 65 ans. Nous ne ferions que rattraper beaucoup de pays qui sont même déjà bien au-delà et qui vont beaucoup mieux que nous, la FRANCE !!!!

www.danielmoinier.fr


A découvrir

Daniel Moinier

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C.

Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.