Retraites : le gouvernement fait des concessions... aux très riches

10000 EUROS
La réforme des retraites prévoit un plafon de cotisation de 10.000
euros par mois.

Voilà une information révélée par Les Echos qui ne devrait pas permettre à Emmanuel Macron de se détacher de son étiquette de « Président des riches ». Après avoir rassuré les policiers qu’ils maintiendraient un régime particulier, c'est vers les cadres à très haut salaire que le gouvernement fait un appel du pied… en ménageant la réforme.

Les pensions des très riches seront conservées

La réforme des retraites, pour ce qu’on en sait, prévoit un plafond : celui des 10.000 euros par mois. Les cotisations des salaires au-delà de ce seuil, qui correspond à 120.000 euros par an, sont réduites mais n’ouvrent pas le droit à des points de retraite. Plus simplement : dès lors qu’une personne touche plus de 120.000 euros par an, une partie des cotisations viendront financer le régime universel.

C’est déjà le cas aujourd’hui, sauf que le plafond n’est pas de 120.000 euros mais de 320.000 euros. Cela ne concernerait que 300.000 personnes en France, considérées « cadres à hauts revenus », les très riches en somme. Cette baisse de cotisations inquiète la CGC, leur syndicat. Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux retraites, aurait fait un pas dans leur sens selon les informations du journal Les Echos du jeudi 5 décembre 2019.

Une réforme « sur-mesure » pour les hauts salaires

L’inquiétude vient surtout de la caisse des retraites des cadres, l’Agirc-Arrco. En fait, la réforme prévoit que tout droit de retraite cotisé avant la réforme, donc actuellement, doit être intégralement versé une fois la réforme passée, ce qui paraît juste.

Mais ainsi faisant, l’Agirc-Arrco craint de ne pas avoir assez de finances pour payer les retraites des cadres à hauts salaires si la réforme est appliquée immédiatement pour eux. C’est un problème auquel le gouvernement semble, en partie, avoir répondu.

L’idée serait, pour les cadres à hauts salaires, d’étaler la réforme sur plusieurs années, ce qui leur permettrait de cotiser un peu moins chaque année et donc de lisser le système. Mais, de fait, cela impliquerait une inégalité avec les autres salariés du privé et du public. Alors que les salariés du privé cotiseront directement par points, si la réforme passe, les cadres gagnant plus de 120.000 euros et qui ont de fait, une vie très confortable, auront un régime spécial durant une quinzaine d’années.


A découvrir