"Réinventer Paris" : embellir la ville ou combler le déficit du budget ?

600 millions
Le projet "Réinventer Paris" devrait rapporter 600 millions d'euros à
la municipalité.

"Réinventer Paris" fait la une des médias, aucun Parisien ne doit ignorer cette vaste initiative urbanistique. Mais quelle est la vraie nature de ce projet ?

Grosse opération de communication de la Mairie de Paris avec son concours "Réinventer Paris" : pas moins de 22 projets immobiliers sont officiellement lancés depuis hier, les travaux vont commencer dans les mois qui viennent. On peut se féliciter de ce dynamisme, de ces nouveaux lieux qui vont émerger.

On peut aussi voir les choses d’une autre façon : la capitale comble son déficit en vendant une partie de ses bijoux de famille. En effet, la politique très dispendieuse et bling-bling de Bertrand Delanoë puis d’Anne Hidalgo a mis les finances de la ville à sec. Entre les embauches généreuses (50.000 fonctionnaires contre 38.000 sous Tiberi), les nombreux aménagements de voirie ne conduisant qu’à la thrombose du trafic,  les coûteuses acquisitions dans les beaux quartiers pour faire du très démagogique logement social, les subventions aux associations amies, etc.,  les dépenses ont explosé. Pendant un temps, la hausse de l’immobilier a permis une progression des recettes, mais désormais c’est terminé. Il y a un trou d’au moins 300 millions d’euros dans le budget.

Et comme par hasard, la vente de ces 22 parcelles aux promoteurs va rapporter 600 millions d’euros à la municipalité. Bien joué ! Car il s’agit fondamentalement de cela, la vente de terrains et d’immeubles de la ville à des promoteurs immobiliers. Cet aspect bassement matériel n’est pas mis en avant dans le plan comm de la ville. Pour noyer le poisson, on insiste plutôt sur la dimension écologique des constructions : c’en est presque un gag, quasiment toutes auront une façade ou une terrasse végétalisée, il y aura même quelques potagers ! Après Alphonse Allais qui voulait mettre les villes à la campagne, Anne Hidalgo met la campagne à la ville.

Le fait que Paris devienne une ville de plus en plus sale ne semble pas émouvoir la municipalité. Chers Parisiens, allez mettre votre nez dans un mur végétalisé et tout ira mieux.


A découvrir

Philippe Herlin

Philippe Herlin est économiste, Docteur en économie du Conservatoire National des Arts et Métiers, il a publié plusieurs ouvrages chez Eyrolles et rédige des chroniques hebdomadaires pour Goldbroker.

Il écrit tous les vendredis un article sur l'art et la culture vus à travers l'économie, et intervient ponctuellement sur d'autres sujets.

Son site : philippeherlin.com.