Les réponses aux questions sur le coronavirus

24
Les usines qui fabriquent des masques FFP2 produisent désormais
24h/24.

Beaucoup d'informations circulent sur le coronavirus en ce moment. D'autant plus depuis que la France. Voici quelques réponses aux questions que vous pourriez vous poser sur le Coronavirus.

Pourquoi il y a-t-il rupture de masques  ?

Tout simplement parce que la demande en masques FFP2, mais aussi en masques chirurgicaux, a été multipliée par 100, en comparaison à la demande de masques en temps normal. Résultat, tous les stocks, les normaux, les stratégiques, ont été vidés, et désormais c’est en flux tendu que les masques partent des sites de production vers les commanditaires prioritaires.

Les usines qui fabriquaient ces masques jusqu’à présent à un rythme normal, 8 heures par jour en semaine, sont passées aux 3 x 8, et produisent 24h sur 24. En Chine, le mois dernier, l’usine FoxConn qui produit normalement des iPhone ou des ordinateurs a basculé de manière tout à fait improbable sur la fabrication de masques FFP2. Mais évidemment une chaîne de fabrication de matériel high-tech ne peut pas du jour au lendemain fabriquer des masques somme toute assez basiques et qui n’ont rien d’électronique  

Pourquoi n’y a-t-il plus de papier toilettes dans les supermarchés ?

La consommation de papier toilette n’a absolument pas augmenté, tout au plus on consomme un peu plus de mouchoirs mais c’est normal en hiver, et les stocks sont gérés en conséquence. Non, c’est bêtement psychologique ! On stocke de peur de manquer, et c’est vrai que manquer de papier-toilette, c’est vraiment problématique. Ceux qui n’ont pas stocké des montagnes de papier toilette doivent se rassurer, les supermarchés seront relivrés prochainement même si bien entendu, il faudra se conformer aux nouvelles directives pour en acheter.  

Risque-t-il d’y avoir une pénurie d’essence ?

Pour l’instant, aucun risque : la situation n’a rien à voir avec celle des périodes de grèves qui provoquent des pénuries à cause des blocages de dépôts d’un coté, et parce que les français font le plein à titre préventif. Comme ce qui se profile c’est un confinement généralisé, avec absence de mouvements, on ne prend plus sa voiture pour aller travailler ou emmener les enfants à l’école, aucun risque.

À noter que le prix des carburants s’effondre, ce matin, en Eure-et-Loir où je me trouve en ce moment, j’ai vu du diesel à moins de 1 euro 20 le litre, l’essence sans plomb est à peine plus chère. De plus, toute la baisse n’est pas encore intégrée dans le prix. Attention en revanche au fuel domestique même si les températures sont clémentes, les livreurs de fuel sont saturés de commandes. Si vous appelez demain matin, vous ne pourrez peut-être pas etre livré avant lundi prochain.

Que faire si les tabacs ferment ?

Vous pouvez en profiter pour arrêter de fumer. Le coronavirus étant une maladie qui s’attaque aux poumons et provoque une pneumonie pour les malades les plus touchés, qui peut être mortelle comme on le sait, autant ne pas lui faciliter le travail. Cela tombe bien ! les pharmacies restent ouvertes, vous pouvez y acheter des gommes à mâcher, ou des patchs, et ces subsitututs nicotiniques sont pris en charge par la sécurité sociale, vous ferez des économies en prime !  

Peut-on faire du vélo ?  

Vous pouvez faire du vélo, du moment que vous en faites seul, vous pouvez aussi faire du footing dehors, toujours à la condition de rester seul. De même pour le jogging. 

Les auto-entrepreneurs sont-ils les laissés pour compte du plan d’aide du gouvernement aux entreprises ?  

Les micro-entrepreneurs peuvent aussi etre indemnisés par l’assurance maladie. Soit, parce qu’ils sont confinés, soit, parce qu’ils doivent garder leurs enfants à domicile. S’ils viennent de se lancer, ils toucheront un peu plus de 22 euros par jour d’indemnités, c’est le minimum sécurité sociale, s’ils ont déjà une année d’activité, et donc, des comptes, ils seront indemnisés en fonction de leurs cotisations sur l’année écoulée.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).