Reste à charge zéro : succès pour l'audition, moins pour l'optique

8 millions
8 millions d'assurés ont pu être pris en charge par ce dispositif sans
débourser un centime.

Reste à charge zéro : depuis un an tout juste, les prothèses auditives mais aussi dentaires sont accessibles à tous les assurés sociaux pour zéro euro, à condition de choisir parmi les modèles éligibles à cette prise en charge intégrale par la Sécu et les mutuelles, conjointement. 

Reste à charge zéro : un succès pour les prothèses auditives et dentaires

Un an après, le bilan est clairement positif. 8 millions d’assurés ont pu être pris en charge par ce dispositif sans débourser un centime. Les deux tiers pour une prothèse dentaire, les autres pour des appareils auditifs.

C’est surtout pour le traitement des problèmes d’audition que l’on peut se réjouir car désormais, non seulement on peut repartir chez soi avec des appareils adaptés à son problème d’audition gratuitement, mais en prime, les rendez-vous de suivi, qui permettent de régler les prothèses auditives plus finement, sont également gratuits

 

Les prix des mutuelles vont augmenter en 2022

En revanche, du côté des lunettes, c’est la surprise. Alors même que le reste à charge zéro est en place pour les lunettes depuis quatre ans maintenant, moins d’un client sur cinq choisit une paire et des verres remboursés à 100%. Il y a plein d’explications à cela, notamment le fait que certains opticiens ne jouent pas suffisamment le jeu, mais la réalité est bien là. 

La conséquence, bien entendu, de ce reste à charge 0 euro, c’est que les dépenses des mutuelles continuent à augmenter plus vite que l’inflation. Il ne faut donc pas s’étonner que les cotisations aussi, augmentent, en 2022. En moyenne, la hausse devrait atteindre 3,4%.

Retrouvez ici le podcast.

 

A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).