Retrait d'argent : comment ne pas payer de commission

0,89 euro
La commission que se facturent les banques entre elles pour retirer de
l'espèce s'élève désormais à 0,89 euros.

Vous avez sans doute entendu dire que les frais de retrait de cash dans les distributeurs de billets allaient augmenter...

0,89 euro de commission

La commission que se versent les banques entre elles pour assurer ce service, est en effet passée en début d’année d’un peu plus de 50 centimes, à quasiment 1 euro. Conclusion rapide de beaucoup de gens : pour retirer seulement 20 euros au distributeur, cela me coutera 1 euro, ce qui commence à faire cher. C’est en effet quand même 5% de la somme !  

Alors c’est un peu vrai, mais surtout très faux. D’abord, si vous retirez de l’argent dans un distributeur de votre banque, cela ne vous coûtera jamais rien. C’est le retrait d’argent dans un distributeur d’une autre banque qui est facturé. 

Demandez du cash-back

Ensuite, dans votre contrat de gestion de compte, auquel votre conseiller vous a sûrement conseillé de souscrire, puisqu’il réduit les frais bancaires, et propose plein de services associés, vous profitez d’un quota de retraits gratuits dans tous les distributeurs de toutes les banques. Le plus souvent, c’est 5 retraits par mois. Largement assez pour la plupart des usages.

Enfin, il vous reste la solution du cash-back chez les commerçants qui le pratiquent. Si vous achetez quelque chose chez eux avec votre carte bancaire, vous pouvez leur demander un peu de liquide en dépannage. Parfois, c’est 20 euros, chez d’autres, 50 euros maximum. En résumé, non, le cash n’est pas mort. Même s’il devient de plus en plus difficile, c’est vrai, de vivre sans carte bancaire.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).