Revenu Universel : un coût de 350 milliards par an pour l'Etat

600 EUROS
Le revenu universel de Benoît Hamon commencerait à 600 euros par moi
pour les jeunes de 18 à 25 ans.

Le revenu universel, pièce maîtresse du programme de Benoît Hamon, ne sera pas simple à mettre en place car bien évidemment, distribuer 600 euros à tout le monde, ça ne se fait pas d’un simple claquement de doigts. L’institut Montaigne, un think tank libéral, a sorti sa calculette et arrive à un chiffre astronomique : le revenu universel coûterait à la France 349 milliards d’euros par an.

349 milliards par an, si ce n’est plus...

On a même entendu parler de plus encore, la plus grosse évaluation du coût du revenu universel, selon l’Institut Montaigne qui se base sur les propos et le projet de Benoît Hamon, fait grimper la facture à 464 milliards d’euros. Mais c’est sans tenir compte des « économies » d’allocations que le revenu universel pour tous ferait réaliser...

Avec le revenu universel en effet, plus d’allocations logement, plus de prime d’activité... peut-être même plus d’allocations familiales et de quotient familial. Ce qui ne serait pas forcément juste, puisque le revenu universel ne tient pas compte du nombre d’enfants dans un foyer, il est personnel, du moins dans le projet de Benoît Hamon.

Le solde une fois les économies réalisées et si on coupe toutes les aides et dépenses : versement de 600 euros de revenu universel à tout le monde. Ce qui donne donc en moyenne ce chiffre d’environ 350 milliards.

Benoît Hamon veut mettre en place le revenu universel par étapes

Le candidat propose de mettre en place le revenu universel pour tous les jeunes de 18 à 25 ans, pour commencer, en le fixant à 600 euros. L’idée est de permettre aux jeunes de se lancer dans la vie, de partir de chez papa maman en pouvant trouver seuls un logement et un emploi, sans dépendre du bon vouloir ou de la générosité de leurs parents... Car ces derniers ne peuvent pas toujours, loin s’en faut, aider leurs enfants à s’envoler du nid, surtout quand ils en ont plusieurs...

Ainsi, un revenu universel que pour les jeunes serait moins coûteux ; mais il faudra sortir tout de même autour de 40 milliards d’euros par an, et là, il n’y a pas beaucoup d’économies à faire pour le financer...

Le candidat Hamon doit encore revoir sa copie pour que sa principale mesure devienne non seulement séduisante mais crédible... car la taxe robot ne suffira pas.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).