Un flop révolutionnaire

5,5 %
En 2000, le taux directeur de la FED était de 5,5%.

Financiarisation, guerres sans fin et fausse monnaie sont la ruine d’un empire – comme les Etats-Unis sont en train de s’en apercevoir.

L’or n’est pas le seul à enregistrer la chute de l’empire américain, comme nous l’avons vu hier : même la nouvelle « Révolution industrielle » – les dot.com – n’a pas été à la hauteur.

L’Ere de l’information s’est en effet révélée être un flop – non qu’il n’y ait pas eu d’argent à gagner grâce à Apple, Amazon et autres entreprises de haut vol.

Impossible cependant d’enrayer la chute d’un grand empire grâce au streaming de films X, à un service de taxi par téléphone ou en achetant des gadgets à trois francs six sous sur internet.

Internet, d’ailleurs, était censé permettre à l’économie d’entrer dans un nouveau cycle d’innovation et de création de richesse. Au lieu de cela, nous avons commencé à perdre notre temps avec une énergie folle – en chattant en ligne… en envoyant des textos… en passant des heures à répondre à des e-mails… et des heures encore à chercher des « amis » sur Facebook.

Les technologies de la Révolution industrielle, en revanche, étaient réellement puissantes.

Elles ont permis aux gens d’utiliser l’énergie condensée du charbon, du gaz et du pétrole pour faire en sorte que chaque heure travaillée porte davantage de fruits. Elles ont ainsi rendu possible l’immense création de richesse entre le milieu des années 1800 et les années 1970, pas seulement pour les plus riches, mais pour tous.

Pour la plupart des gens, l’augmentation des salaires a cependant lentement décliné puis cessé à partir des années 1970. Ensuite, avec la tendance à la « financiarisation » – financée, d’ailleurs, avec de la fausse monnaie – l’économie, plutôt que de se concentrer sur de grandes cités industrielles comme Detroit… est lentement passée à Manhattan.

En d’autres termes, au lieu de produire de la richesse… désormais… on l’extrayait.

Les tendances nocives déjà en marche dans un empire en décomposition – la concentration de la richesse, l’augmentation du pouvoir du Deep State, l’accroissement de la dette, le ralentissement de la croissance, le déclin des lancements d’entreprises, l’alourdissement de la réglementation – avaient ainsi la bride sur le cou.

Même si toutes les leçons apprises par l’humanité au fil des millénaires sont désormais en accès libre sur internet, les humains continuent de faire des idioties… comme dévaluer leur devise ou déclarer des guerres.

Des ennemis jumeaux

Le taux directeur de la Fed a diminué, passant de 5,5% en janvier 2000 à moins d’1% en décembre 2003.

La Réserve fédérale a ensuite eu recours à des formes plus directes d’impression monétaire –avec les assouplissements quantitatifs (QE) en 2009 et la folie repo en 2019.

Parallèlement, faute de pouvoir justifier le transfert toujours croissant d’argent et de pouvoir entre ses mains, la branche armée du Deep State a dû trouver un nouveau tour de passe-passe.

Lorsqu’un groupe de Saoudiens a mis à bas les tours du World Trade Center le 11 septembre 2001, l’occasion était presque trop belle. La réaction du gouvernement de George W. Bush ne s’est pas fait attendre, avec l’annonce d’une « guerre contre la terreur » parfaitement absurde… suivie de l’invasion d’un pays (l’Irak) qui n’avait rien à voir avec cette attaque terroriste.

Toutes les pièces étaient désormais en place pour que deux ennemis mortels des empires fassent leur œuvre…

Les guerres sans fin dilapident leur richesse et leur énergie. La fausse monnaie sabote leur économie.

Ensemble, ces deux facteurs corrodent et corrompent la société dans son intégralité.

Pour plus d'informations et de conseils de ce genre, c'est ici et c'est gratuit


A découvrir