DRH : et si la Coupe du Monde de football était quand même votre amie ?

31
La Coupe du monde 2018 aura duré 31 jours.

Alors que la Coupe du Monde bat son plein et que la finale approche, de plus en plus de fans de football se retrouvent scotchés à leur écran de télévision. Mais cet événement planétaire n'est pas seulement intéressant pour les irréductibles passionnés de football : les experts des ressources humaines peuvent tirer de précieux enseignements de la compétition en Russie. Voici cinq exemples dont les spécialistes des ressources humaines peuvent s’inspirer.

Suède : la force du collectif

Personne n’était prêt à miser le moindre euro sur les chances de la Suède, avant la compétition. Mais, la « Blågult » (la sélection suédoise) a terminé première de son groupe lors du premier tour, a renvoyé la Mannschaft allemande à la maison et vient de se qualifier pour les ¼ de finale en battant la Suisse. En plaçant l’équipe au-dessus de tout, les Suédois ont créé la surprise. Déjà, le fait de ne pas sélectionner le leader historique de l’équipe, Zlatan Ibrahimovi?, traduisait cette volonté de placer l’équipe avant les individualités, avant que démarre la compétition. La collaboration est un important atout pour les RH : permettre aux collaborateurs d’atteindre ensemble des objectifs et les inciter à travailler sur des projets communs augmente leur engagement. L’esprit d’équipe, la productivité et l’ambiance générale au travail en bénéficient également.

Brésil : laisser le talent s’exprimer

Les Brésiliens sont à l’opposé des Suédois. Dans la « Seleção », tout semble tourner autour de son joueur vedette : Neymar, dont le talent balle au pied n’a d’égal que son imagination capillaire. L’ensemble de l'équipe est au service de son génie. Mais attention : sans le talent et l'habileté de ses coéquipiers, Neymar ne peut être performant. Le retour prématuré à la maison des superstars Messi et Ronaldo, insuffisamment soutenus par leurs coéquipiers argentins et portugais, illustre ce propos. Rapporté à la stratégie RH, l'approche brésilienne permet à chaque collaborateur de développer ses talents et d'y exceller. Mais l’exemple prouve que les effectifs doivent être équilibrés : tout le monde ne peut pas être un meneur de jeu, les défenseurs sont tout aussi nécessaires pour soulever le trophée.

Angleterre : apprendre des expériences passées et se renouveler

Lorsque le milieu de terrain anglais Eric Dier a réussi le dernier tir au but du 1/8e de finale contre la Colombie, envoyant ainsi son équipe en ¼ de finale, il n’a pas seulement libéré l’Angleterre d’une « malédiction » qui poursuivait l’équipe depuis 1990. Il a également prouvé aux experts du football qui croyaient qu’il ne sert à rien de s’entraîner pour les tirs aux buts, qu’ils avaient tort. Le sélectionneur, Gareth Southgate (qui lui-même avait manqué un tir au but lors de l’élimination de l’Angleterre lors de l’Euro 1996) a prêté une attention particulière à la préparation d’une éventuelle séance de tirs aux buts, et notamment aux aspects psychologiques déterminants dans cet exercice. Gareth Southgate est également connu pour son utilisation intensive de l’analyse de données, qui l’aide à améliorer le jeu de son équipe. Que peut retirer un spécialiste des RH de cette expérience ? Ne restez pas figé(e) dans d’anciennes structures et de vieux modèles ; regardez autour de vous. Testez régulièrement de nouvelles technologies ou des approches alternatives ; elles vous aideront à innover, voire à vous libérer d’anciennes contraintes. Et analysez bien les causes des échecs passés, ce qui vous permettra de rebondir. 

Belgique : une exploitation optimale des talents disponibles

La Belgique offre le meilleur football à ce stade de la compétition. Le coach Martinez a étudié en profondeur les qualités de son effectif et en a conclu que la force de la Belgique réside principalement dans son jeu d’attaque. Il laisse donc son équipe exprimer tout son potentiel offensif, ce qui se révèle très attractif pour les spectateurs. Et peu importe si l’équipe encaisse un but. Les managers RH peuvent s’approprier cette stratégie : tirez le meilleur parti des collaborateurs en alignant les stratégies métiers avec leur potentiel. L’entreprise et les collaborateurs peuvent ainsi se développer ensemble et aboutir à de belles réalisations.

France : l’équilibre jeunesse/expérience

Après un premier tour mitigé, l’équipe de France a révélé tout son talent en 1/8e finale contre l’Argentine, un match qui restera probablement dans l’histoire de la Coupe du Monde. Alors que la débâcle de Knysna en 2010 avait été provoquée par une rupture entre l’équipe et le sélectionneur, Didier Deschamps (nommé en 2012) a su reconstruire une équipe, en tirant parti de la fougue d’une jeunesse talentueuse (Kilian M’Bappé, Benjamin Pavard) et de l’expérience de joueurs de niveau international (Antoine Griezmann, Blaise Matuidi, Hugo Lloris). Didier Deschamps – qui s’appuie lui-même sur une expérience de joueur de très haut niveau, ayant notamment remporté la Coupe du Monde 1998 – a su faire adhérer l’ensemble des titulaires comme des remplaçants à son projet, tout en affirmant ses choix coûte que coûte. Comme Didier Deschamps, le manager RH est parfois confronté à des choix difficiles. Dans ce cas, maintenez le cap, évangélisez continuellement, protégez votre équipe contre la pression extérieure, mais n’hésitez pas à faire évoluer votre stratégie en cours de projet si les premiers résultats sont décevants.


A découvrir

Vincent Belliveau

Vincent Belliveau est Vice-président exécutif et directeur général Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) de Cornerstone OnDemand. Il supervise l'ensemble des opérations européennes de Cornerstone : ventes et marketing, mise en oeuvre, services et support.

Avant de rejoindre Cornerstone OnDemand, Vincent Belliveau était Directeur pour l'Europe du Nord-Est des divisions Master Data Management (MDM) et Information Integration Solutions d'IBM. Il a affûté ses compétences en analyse commerciale et conseil en gestion au sein de McKinsey & Company. Il est titulaire d'un Commerce Baccalaureate (B.Com) de la McGill University, où il s'est spécialisé en comptabilité et finance.