RSE : le moment de s'y mettre est venu

11 %
11% des offres d'emploi qui parlent du babyfoot, ça ne suffit plus !

En France, nous ne gérons les problèmes que lorsqu’ils sont sous notre nez. Avant, cela semble avoir assez peu d’intérêt et nous attendons que la situation soit critique, voire désastreuse, pour ne plus avoir le choix. Comme si ce non-choix était devenu entre temps une évidence.

Le point de non-retour semble être le manque de ressources humaines disponibles. Tant que vous avez des forces vives qui souhaitent, massivement, rejoindre votre société, vous avez de quoi remplacer vos collaborateurs mécontents, ceux qui ne trouvent plus de sens à ce que vous leur faites faire et qui vous quittent. Lorsque vous commencer à voir des stagiaires refuser vos offres de CDI, qu’ils vous disent qu’ils ne veulent pas d’une vie comme celle de leur supérieur, malgré les salaires mirobolants que vous offrez, vous vous dites que la situation est devenue suffisamment critique pour devoir la penser autrement.

Et bien nous y sommes maintenant !

Aujourd’hui, dans les grands groupes du CAC, cet état de fait est la réalité. Ces groupes qui font la renommée de la France au plan international sont dans cette situation. C’est la Marque Entreprise qui est touchée de plein fouet. C’est le plan de développement qui est impacté à moyen et long terme !

Les nouvelles générations sont en quête de sens. Vous ne pouvez pas leur faire croire qu’ils vont changer le Monde avec vous, et puis finalement être cantonné à des emplois sans intérêt, vacants voire quelques fois même hasardeux pour l’intégrité de l’humanité.

Il est temps de mettre en place une RSE qui se tienne.

Au-delà du RSE-Washing que nous connaissons depuis 5 ou 6 ans, qui se termine par acheter un babyfoot ou une table ping-pong, hérité de la première génération des startups des années 2000, que pouvons-nous concrètement faire pour avoir un réel impact ?

Mettre en place une RSE nécessite une véritable implication dans l’entreprise et passe par deux étapes cruciales :

L’apprentissage

La responsabilisation

Si vous prêchez la RSE, ce que les gens retiendront c’est comment prêcher

Il faut donner l’exemple de la RSE au quotidien dans l’action. C’est la phase d’apprentissage. Cela permet d’expliquer et de montrer aux collaborateurs pourquoi et comment ils doivent prendre en compte cette façon de travailler un peu différente, et l’intégrer à leur comportement dans l’entreprise. Cet apprentissage passe forcément par le partage car il faut que cette étape soit co-construite entre les collaborateurs. Nous allons ici vers la quête du sens en groupe.

La deuxième étape porte sur la responsabilisation. En d’autres termes, il faut que chaque collaborateur à son niveau puisse avoir conscience qu’il porte la responsabilité de ce qu’il fait, et que par voie de conséquence qu’il est en mesure de refuser de réaliser ce qui lui est demandé, quand cela va à l’encontre des principes affichés par l’entreprise.

Il faut comprendre par là que le numérique et la technologie sont des « Pharmakon ». C’est comme un médicament : En fonction de son utilisation et de sa quantité, il peut être bon ou mauvais, un remède ou un poison. Il n’est pas intrinsèquement bénéfique ou néfaste, c’est l’usage que l’on en fait qui détermine ses effets. C’est un risque en même temps qu’une opportunité.

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à des évolutions ultra puissantes qui nous dépassent car elles sont massives et portées par des investissements qui se comptent en dizaine de milliards chez Google ou Alibaba pour ne citer qu’eux. Ils feront toujours mieux et moins cher que nous, avec leurs moyens disproportionnés par rapport aux nôtres. Ces évolutions portent actuellement sur l’internet des objets, le traitement de la Data, la 5G et les données personnelles.

Nous allons vers la mise en place de l’Affective Computing

Quel est ce concept ? C’est l’informatique que vous connaissez dans laquelle on va introduire les neurosciences et la psychologie. Le premier stade, celui que nous connaissons déjà, ce sont les entreprises qui profitent de l’économie de l’attention. C’est ce qui fait que notre monde actuel va dans le mur. C’est notamment à cause de cela que la mise en place d’une RSE à effets réels et mesurables doit intervenir maintenant.

Les valeurs humaines doivent prédominer et conduire nos choix. Nous ne pouvons rester sur une ambition d’optimisation des modèles d’affaires au détriment des populations, et en faveur exclusivement des actionnaires. Et les actionnaires eux-mêmes commencent à être sensibles à ces sujets, ayant bien compris que leurs actions ne vaudront plus grand-chose quand les entreprises ne pourront plus recruter ou que leurs Marques seront déjugées par les consommateurs.

Les nouvelles générations impactent déjà beaucoup d’organisations. Cette question ne va pas toucher immédiatement toutes les sociétés, et certaines peuvent pendant quelque temps poursuivre leur « Business As Usual ». Mais pendant combien de temps encore ?

Il est temps de travailler « Ensemble »

Il est temps de parler correctement de la RSE et d’une mise en place pour pérenniser nos sociétés et leur Marque Employeur. Où en est votre entreprise ? A quoi va ressembler « votre » XXIe siècle ?


A découvrir