RSI : un véritable succès pour la manifestation contre le matraquage fiscal

76 %
76 % des Français estiment que l'argent des impôts est mal distribué
selon un dernier sondage OpinionWay de décembre 2014.

Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé à Paris lundi contre le Régime social des indépendants (RSI). Ce rassemblement initié par "Sauvons nos entreprises" et auquel d'autres collectifs ont activement participé, dont Contribuables Associés, a été une véritable réussite.

Une première victoire contre le matraquage fiscal

Victoire logistique par l’union intelligente de l’ensemble des mouvements, comme Contribuables Associés, qui ont répondu à l’initiative de Sauvons nos entreprises pour demander une réforme profonde du système aberrant qu’est le RSI. Rassemblées et mêlées dans le cortège, les différentes professions et associations ont fait corps contre un mal commun.

Victoire médiatique car, après plusieurs années de combat, une partie de la presse, face à l’ampleur du phénomène, a été obligée de couvrir l’événement. France Télévisions, I-Télé, Le Figaro, Le Monde, L’Humanité,… tous ont rendu compte de la manifestation.

Victoire politique puisque, autant le gouvernement que l’opposition, gauche comme droite ont été forcés de se prononcer sur le sujet. Non sans arrière-pensée électorale à la veille des élections départementales pour la plupart d’entre eux, certes, mais ils savent désormais que les travailleurs indépendants ne relâcheront pas la pression.

Victoire populaire enfin, comme le montre l’ensemble des sondages depuis des mois, révélant la généralisation d’un ras-le-bol fiscal et le soutien des Français à la baisse de la fiscalité sur les entreprises.

Relais médiatique et prises de position des politiques : la pression a fonctionné

Actions de terrain, manifestations locales, organisation du mécontentement, relais systématique sur le web et accumulation de sondages ont effrayé le fisc. Comme nous le démontrions dans cet article, c’est par un combat de longue haleine que la cause des travailleurs indépendants a percé médiatiquement.

Des politiques de l’opposition ont alors décidé de se saisir du sujet en demandant une mission parlementaire sur le RSI, ou en commentant dans les médias la grogne qui grandissait ces dernières semaines à l’approche du 9 mars. D’autres ont même voulu se joindre aux manifestants ce lundi, bénéficiant d’un accueil naturellement mitigé. Quoi qu’il en soit de ce récent éveil politique sur la réalité quotidienne de millions de Français, celui-ci a contribué à faire parler du RSI et de ses graves dysfonctionnements.

De son côté, le gouvernement tente péniblement d’éteindre le feu. Lundi, Thierry Mandon, secrétaire d’État à la réforme de l’État et à la simplification, s’est montré plutôt critique à l’encontre du RSI sur Sud Radio : "Il y a plein de réflexions en cours sur le RSI. Il y a même des gens qui disent que le RSI n’est pas nécessaire, que l’Urssaf est suffisant. C’est peut-être une solution qui sera mise en œuvre à moyen terme." Il assure aussi que "le régime ne tient plus debout", et reconnaît ce que des cadres du RSI essayaient vainement de cacher : "le RSI est injoignable". Mardi, c’est le ministre Marisol Touraine qui a proposé à son tour une mission parlementaire sur le RSI, reprenant les propos de la Cour des comptes sur la "catastrophe industrielle" à laquelle doivent faire face les travailleurs indépendants.

Généralisation du ras-le-bol fiscal illustrée par le soutien populaire au combat contre le RSI

Au cours de la manifestation, Pascal Geay, président de l’association "Sauvons nos entreprises" a dévoilé la suite qu’il entendait donner au combat contre le RSI : un moratoire d’un mois, en annonçant l’occupation des antennes locales du RSI si rien n’est fait pour les travailleurs indépendants. Notre association, Contribuables Associés contribue à maintenir la pression afin qu’une véritable réforme de fond voit le jour.

Et cela préoccupe le gouvernement qui redoute une généralisation du combat contre le matraquage fiscal, qui s’inquiète du consentement à l’impôt, et souffle le chaud et le froid pour atténuer la grogne populaire. Depuis plusieurs mois, Contribuables Associés, via sa campagne Trop d’impôts .Com se fait l’écho de ce ras-le-bol fiscal qu’éprouvent de plus en plus de contribuables. Une pétition contre le trop d’impôts a également été mise en ligne.

Quand les Français sont interrogés sur la fiscalité, leur réponse est claire. Une étude OpinionWay de décembre dernier révèle même un questionnement de leur part sur deux points fondamentaux de la fiscalité : "Pourquoi payons-nous des impôts et à quoi servent-ils réellement ?" 

- Seulement 56% des sondés considèrent que payer l’impôt est un "devoir citoyen" 

- 73% d’entre eux préféreraient choisir eux-mêmes l’affectation des recettes fiscales

- Plus de la moitié déclarent que les impôts servent à alimenter le train de vie des élus

- 76% estiment que l’argent des impôts est mal redistribué Un tiers assimile les impôts à une extorsion de fonds

Nous dirigerions-nous vers une véritable révolte fiscale…?

Article initialement publié ici 


A découvrir

Samuel Lafont

Samuel Lafont est titulaire d'un master de droit à la Sorbonne. Ancien du bureau national de l'UNI, il est aujourd'hui community manager et responsable des actions militantes chez Contribuables Associés. Il est également chroniqueur à Radio Notre-Dame.