Ryanair : des bénéfices en hausse de 10%

1,450 milliard d'euros
Le résultat net de Ryanair pour l'exercice 2017-2018 a atteint 1,450
milliard d'euros.

Les bénéfices de la compagnie aérienne à bas coûts Ryanair ont grimpé de 10% sur un an, malgré les grèves et la gestion calamiteuse de son personnel ayant entraîné de nombreuses annulations en 2017.

Ryanair : un trafic passagers en hausse et un taux de remplissage record

Grèves, mauvaise gestion du planning des congés, concurrence féroce, prix du carburant en hausse, baisse de 3 % des prix des billets … Malgré tous ces défis, la compagnie aérienne irlandaise Ryanair s’en est finalement bien sortie et affiche des bénéfices en hausse de 10 % au titre de l’année fiscale 2017 (qui court du 1er avril 2017 au 31 mars 2018, selon la loi irlandaise). Le transporteur a réussi à dégager 1,45 milliard d’euros de bénéfices, contre 1,316 milliard d’euros un an plus tôt, ce qui correspond à une marge de 20 %.

Malgré la suppression de plus de 20.000 vols depuis l’automne 2017, le nombre de passagers a augmenté de 9 % sur un an (130,3 millions à fin mars 2018 contre 120 millions à fin mars 2017). Le taux de remplissage de ses avions frôle désormais les 100 % et n’est jamais descendu en-dessous des 95 %, excepté en janvier 2017. La baisse des prix des billets de 3 % y est sans doute pour quelque chose. « Aucune compagnie aérienne de l’Union européenne ne peut battre Ryanair sur les prix », a fait savoir le transporteur dans un communiqué.

Un cours du pétrole en hausse et le Brexit, des freins pour Ryanair

La compagnie aérienne irlandaise a pour objectif de passer à 200 millions de passagers annuels d’ici 2024. Pour l’exercice d’avril 2018 à mars 2019 un résultat de 1,25 à 1,35 milliard d’euros est attendu. Mais ces objectifs, sont-ils réalisables avec la progression du cours du pétrole et le Brexit ?

Ryanair s’apprête déjà à subir l’impact de l’augmentation du cours du pétrole, le baril venant de franchir la barre des 80 dollars pour la première fois depuis novembre 2014. La compagnie se veut donc pessimiste en prévoyant par exemple une facture annuelle de kérozène estimée à 400 millions d’euros.


A découvrir