En 2020, Ryanair fermera quatre bases en Espagne

512
512 emplois sont menacés

Les turbulences se poursuivent chez Ryanair. La compagnie low cost a annoncé la fermetures de bases espagnoles menaçant plus de 500 emplois.

Ryanair : quatre bases devraient fermer en Espagne, 512 emplois menacés

512 emplois sont menacés après l'annonce de Ryanair de fermer au moins quatre bases en Espagne. La compagnie aérienne low cost confirme dans un communiqué : « La décision a été prise de fermer un certain nombre de bases à partir du 8 janvier 2020, parmi lesquelles Tenerife, Lanzarote, Grande Canarie et Gérone. » a confirmé de son côté la low cost irlandaise dans un courriel à ses employés, invoquant « une surcapacité significative dans le marché court-courrier européen. » A la fin de juillet 2019, la compagnie irlandaise avait déjà annoncé envisager la suppression de 900 emplois, parmi les 13.000 salariés qu'elle compte au total dans son réseau.

Rien ne va plus pour Ryanair ! On apprenait en effet, début août 2019, que la compagnie irlandaise devrait rembourser à la France 8,5 millions d’euros. Elle aurait bénéficié d’avantages illégaux, selon la Commission européenne. De 2010 à 2017, Ryanair a reçu de l’association de promotion des flux touristiques et économiques (APFTE) 8,5 millions d’euros de contrats marketing. En échange de cet argent, elle s’engageait à faire la promotion, sur son site web, de Montpellier et de ses environs. La Commission européenne, qui a enquêté un an sur ce dossier, estime que ces paiements ont donné à Ryanair un « avantage déloyal et sélectif sur ses concurrents », ils ont aussi « porté préjudice à d’autres régions et aéroports régionaux ».

Un courriel envoyé aux employés

Selon le magazine spécialisé Air journal, Ryanair a envoyé un courriel à ses employés invoquant « une surcapacité significative dans le marché court-courrier européen. » Et d'ajouter : « C’est avec regret que je vous informe (…) de notre décision de débuter les procédures de licenciement collectif pour tous les personnels de cabine et pilotes de Ryanair » basés sur ces quatre aéroports. De conclure: « Notre principal objectif sera de minimiser les pertes d’emplois par des transferts. »

Le syndicat espagnol USO y voit plutôt une manœuvre pour embaucher moins cher : Ryanair « démantèle en réalité ses bases en Espagne car appliquer le droit du travail espagnol lui coûte plus cher que d’embaucher de nouveaux navigants à travers d’autres entreprises où les conditions sont plus précaires ». USO fait également remarquer que des offres d’emploi ont été publiées pour des filiales de Ryanair à Madrid et à Barcelone le jour même où la compagnie a annoncé la fermeture des bases espagnoles.


A découvrir