Un quart des salariés français sont en état d'hyperstress !

52 %
52 % des salariés français présentent un niveau élevé d'anxiété.

Notre situation humaine est dramatique. À un moment où le ridicule du politiquement correct atteint des sommets de sottise absolue avec leur affaire délirante de journée du matrimoine, la souffrance des gens, elle, est bien réelle.

Vous allez me dire où est le rapport entre le matrimoine et l’hyperstress au travail ?

C’est assez simple en réalité.

Plus on est politiquement correct sur un sujet, plus cela cache en réalité une situation dramatique dans la réalité.

La vérité ? Pensez-vous que c’est en appelant la journée du patrimoine “matrimoine” que des crétins décérébrés cesseront de cogner les dames ? Il n’y a jamais eu de rapport et il n’y en aura aucun. J’ai été élevé en regardant Sissi impératrice. C’est mieux pour se forger une idée de la femme et de l’amour qu’une série de films pornos dégueux qui font croire que c’est la norme de « l’amour ». Ce n’est donc pas une question de mots mais de maux de notre société.

Pour la souffrance au travail, il en va exactement de même. Croyez-vous que les cellules d’aides psychologiques, ou encore les « Chief Happiness Officers » – ce qui pourrait se traduire par les « cadres du bonheur » qui est un nouvel intitulé de poste dans les sociétés d’aujourd’hui – vont changer quoi que ce soit à la réalité ?

La réalité c’est quoi ?

Une société ultracompétitive, où l’humain n’a plus le choix. Où l’humain n’a plus de temps, parce que le temps humain n’est ni le temps des machines, ni celui des marchés. Impossibilité humaine de suivre.

La réalité c’est aussi des méthodes managériales qui sont terriblement destructrices pour l’image de soi, pour l’estime de soi car ces méthodes visent à créer la culpabilité et la soumission pour obtenir sacrifice et obéissance.

La réalité c’est 10 millions de chômeurs ou de pauvres… Vous n’êtes pas content ? Regardez la file d’attente et laissez votre place !

Quand le sage montre la lune, les imbéciles regardent le bout du doigt !

Et des imbéciles, ces derniers temps, ce n’est pas ce qui manque !

J’aime ma femme, je ne supporte pas les violences qui peuvent lui être faites, pas plus que je ne les souhaite pour ma fille ! Les hommes peuvent même se montrer plus sévères que les femmes dans certains procès, ce qui peut sembler paradoxal mais ne l’est pas tant que cela.

J’aime ma femme mais nous ne réglerons aucun problème avec cette idée dévoyée d’égalité. Car l’égalité est stupide quand elle devient une idéologie outrancière comme l’égalitarisme, qui est un fascisme comme les autres. Manuel Valls l’a d’ailleurs très bien dit en expliquant qu’il y avait des choses ridicules qui venaient nuire à de très beaux combats ! C’est une évidence.

L’égalité entre homme et femme ce n’est pas transformer les hommes en femmes et inversement, et si c’est cela, alors il faut combattre cette ineptie ! Il n’y a rien de plus merveilleux que le cœur de l’amour qui bat.

Les mêmes évidences sévissent sur le marché de l’emploi.

Vous pourrez faire ce que vous voudrez, passer les lois que vous voulez, mettre toutes les cellules d’aides, c’est le système lui-même qui génère ce malheur.

Ne changez pas le système (et personne ne veut le changer) et vous continuerez à avoir les mêmes problèmes.

L’hyperstress selon l’étude du cabinet Stimulus

Voilà l’essentiel de cette excellente étude qui corrobore en tous points ce que je vois et constate de mes propres « yeux vus ».

« Environ 24 % des salariés français vivent dans un état d’hyperstress dangereux pour leur santé, selon une étude du cabinet Stimulus menée de 2013 à 2017 sur 32 000 salariés, et révélée ce lundi par franceinfo.

Les femmes sont plus stressées au travail (28 %) que les hommes (20 %), de même que les seniors sont plus sujets à l’hyperstress que les jeunes. En revanche, cadres et non-cadres sont égaux devant ce phénomène.

Les causes de ce stress sont nombreuses, mais le travail en lui-même en est le premier facteur, et notamment le fait de “devoir traiter des informations complexes et nombreuses” ainsi que le manque de temps.

Viennent ensuite l’obligation de s’adapter sans cesse et l’impossibilité de prévoir leur travail dans les deux ans.

Parmi les autres facteurs, le manque d’autonomie mais aussi le fait de côtoyer des personnes impolies ou qui prennent plaisir à faire souffrir prennent une place particulièrement importante. »

Cette étude se conclut sur un chiffre absolument terrifiant, à savoir que ce sont 52 % des salariés français qui présentent un niveau élevé d’anxiété. 52 % !!

Ce n’est évidemment pas une vie.

À vous de prendre soin de vous et de vous organiser pour ne pas avoir à subir une telle pression. Les solutions existent, et cela commence par le fait de développer vos propres stratégies d’employabilité.

Il faut le faire car le monde dans lequel nous évoluons deviendra de plus en plus étouffant, et de plus en plus stressant, jusqu’à ce qu’il s’effondre sous le poids de toutes ses propres contradictions et de ses mensonges.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir


Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.