La DGCCRF alerte les consommateurs sur les dangers des compléments alimentaires

1,3 %
Les ventes de compléments alimentaires ont progressé de 1,3% en 2018
par rapport à l'an passé.

Depuis quelques années, les compléments alimentaires ont envahi les rayons des pharmacies et des supermarchés ainsi que les sites internet. Un marché qui représentait près de 2 milliards d’euros en 2018 et sur lequel s’est penchée la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes ( DGCCRF).

Compléments alimentaires : des promesses « miracles » 

Perte de poids, amélioration de la peau ou de la digestion et du sommeil, les effets des compléments alimentaires sont nombreux et séduisent de plus en plus de Français. Selon un sondage Opinionway en partenariat avec le syndicat des compléments alimentaires (synadiet) publié en mars 2019, 46% des Français disent avoir déjà consommé des compléments alimentaires et près d'un tiers ont recours à ce type de gélules au moins une fois par an.

Au vu de ce phénomène grandissant, la Commission européenne a mis en place dès le mois de mars une action coordonnée des autorités de contrôle de chaque pays européen, dont la DGCCRF, pour « contrôler la véracité des allégations ainsi que la qualité des compléments alimentaires mis sur le marché ». À la suite de cette enquête : une trentaine de sites internet ont été contrôlés et ont été contraints de supprimer « les allégations thérapeutiques trompeuses et de modifier leur communication ». 

Santé : la crise du coronavirus propice aux escroqueries 

Autre constat plus inquiétant fait pas la répression de fraudes : certains profitent de la crise sanitaire du Covid-19 pour se faire passer pour des professionnels de santé et prescrire « sur Internet des traitements dangereux, par exemple à base de denrées destinées à l’alimentation animale », précise la DGCCRF. En effet, la vente en circuit spécialisé bio/diététique/franchises s’est effronté (-8%) au profit des ventes en ligne et par correspondance : +10% en 2018, favorisant les vendeurs peu scrupuleux. 

L’administration rappelle que ces allégations trompeuses au regard du Code de la consommation sont passibles d’une peine d’emprisonnement de 2 ans maximum et/ou une amende de 300.000 euros. Elle invite les consommateurs à la plus grande vigilance concernant ces « boosters » et a signaler les sites douteux via le site www.signal.conso.gouv.fr.

*Étude réalisée auprès d’un échantillon national représentatif de 1.065 Français âgés de 18 ans et plus.


A découvrir