Sécurité routière : déconfinement, mort au tournant ?

55,8 %
En avril 2020, confinement aidant, le nombre de morts sur les routes
de France a chuté de 55,8% sur un an.

Lors du confinement, puisque personne ne pouvait prendre la voiture, le nombre d’infractions au Code de la route, d’accidents, de blessés et de décès a fortement chuté. La Sécurité routière a donc lancé, dès le début du déconfinement, une campagne de prévention visant à rappeler aux Français de faire attention. Ces derniers ne l’ont pas écoutée.

Les excès de vitesse explosent

Puisqu’ils n’ont pas pu prendre le volant durant deux mois, les Français semblent avoir décidé de rattraper, d’un coup, la vitesse qu’ils n’ont pas pu atteindre durant le confinement. Le 31 mai 2020, David Julliard, adjoint au délégué interministériel à la Sécurité routière, a dévoilé un premier chiffre sur les grands excès de vitesse depuis le déconfinement.

« Entre le 11 et le 27 mai, nous avons relevé 2.421 grands excès de vitesse, supérieurs à 50 km/h au-dessus de la limitation. » Ces excès entraînent la suspension immédiate du permis de conduire durant 3 ans et d’une amende maximum de 1.500 euros : il s’agit d’une infraction de Classe 5 (et d’un délit en cas de récidive). « C’est 321 de plus qu’en 2019 sur la même période, soit une hausse de près de 15%, ce qui est énorme », précise M. Julliard.

Vers une hausse de la mortalité ?

David Julliard ne s’est, malheureusement, pas dit surpris par ces chiffres qui reflètent le scénario craint par la Sécurité routière. « Les premiers chiffres remontant du terrain sont assez alarmants en termes de mortalité. »

Et le pont de l’Ascension n’a, en rien, aidé, malgré le maintien de la limite de 100 kilomètres pour les déplacements, limite qui sera annulée le 2 juin 2020 : « il y a eu beaucoup d’accidents meurtriers et le nombre de morts a été plus important que l’an dernier à la même époque ». Des chiffres plus détaillés seront fournis le 2 juin 2020.


A découvrir