Environnement : la majorité des emballages en plastique ne sont pas recyclés

4.6
Environ 4,6 millions de tonnes de produits en plastique sont mises sur
le marché chaque année en France.

A quoi bon trier ses déchets plastiques si, in fine, une majorité d'entre eux ne sont pas recyclés ?! Cette interrogation vient évidemment à l'esprit à la lecture de l'étude réalisée par 60 Millions de consommateurs. 

 

Des recalés du recyclage très nombreux

Mi-2017, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé un objectif de 100 % de plastiques recyclés en 2025. Un cap difficile à tenir, quand on sait, grâce à l’association de consommateurs, que seul un quart des emballages en plastique sont recyclés. Pire, sur la totalité des produits en plastique mis sur le marché en France, la part de matières premières recyclées incorporées s’élève à seulement… 6 % ! 

Et pour cause : de nombreux emballages ou objets ne peuvent être ni triés, ni recyclés. Parmi ces « recalés du recyclage », comme les baptise l’association, on trouve des barquettes de viande en polystyrène, des pots de yaourt, des emballages plastiques aluminisés (paquets de chips, de café, gourdes de compote…), des dosettes individuelles de ketchup ou de café, mais aussi des jouets en PVC, des lingettes ou des couches jetables. 

Des plastiques ni triés,  ni recyclés

Résultat, la majorité des plastiques échappent au recyclage. Moins de 3 % des emballages en plastique faisant l’objet d’un tri ont été au final recyclés en 2016 !

Enfin, comme le souligne l’étude, les emballages ne représentent qu’un tiers de la totalité des déchets en plastique. Des milliers de produits de consommation n’entrent dans aucune consigne de tri (accessoires de sport, outils, meubles de jardin…) et sont in fine brûlés ou enfouis.


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.