Seuls 3% des Français comprennent les hommes politiques quand ils parlent... d'économie !

62 %
62% des Français souhaitent une information plus axée sur leur
quotidien.

L'économie est une matière difficile à expliquer au grand public : même si EconomieMatin vous propose chaque jour de lever le coin du voile le plus simplement possible, l'information économique en elle-même reste complexe à appréhender.

Un intérêt marqué pour l'économie

C'est l'enseignement de l'étude de Martin Fournier, enseignant-chercheur à l'Université de Lyon 2 qui a présenté durant les conférences lyonnaises des Journées de l'Économie, a présenté les résultats de son étude sur la compréhension des enjeux de l'économie par les Français au travers des médias. Le résultat est sans appel : si 53% des personnes interrogées indiquent s'intéresser à l'économie, 45% des sondés précisent aussi être incités à se désintéresser des questions économiques lorsque celles-ci sont difficiles à comprendre.

Cette incompréhension, ou cette mauvaise compréhension, dépend du sujet abordé : les thèmes consacrés à la macro-économie ou la finance sont jugés difficiles à saisir (pour respectivement 61% et 73% des interrogés). Les questions sur l'emploi, le pouvoir d'achat, la situation économique régionale ou la vie des entreprises sont en revanche plus aisés à comprendre.

Des responsables pointés du doigt

Ces thèmes sont explicités par des médias qui suscitent dans leur globalité une grande méfiance. Ainsi, ils se disent 56% à faire peu ou pas du tout confiance aux informations économiques qui paraissent dans la presse traditionnelle ou en ligne (même si les Français estiment que les économistes et les journalistes sont les plus facilement compréhensibles sur ces questions, à respectivement 40% et 33%). Cette défiance s'incarne aussi et surtout du côté des responsables politiques, qui ne sont jugés compétents sur ces questions que par 3% de la population…

Parmi les points qui pourraient aider à améliorer cette situation, l'étude propose une formation à l'économie à l'école, plus de vulgarisation des questions économiques dans les médias et surtout, une information plus en phase avec la réalité quotidienne des Français.


A découvrir