Sida : Moderna lance les tests de phase I pour son vaccin ARN

14 %
En 2020, le nombre de tests de dépistage contre le Sida en France a
chuté de 14%.

Tandis qu’une partie de la population mondiale continue d’avoir des doutes sur l’efficacité des deux vaccins contre la Covid-19 qui utilisent la technologie ARN Messager, développés par Pfizer et Moderna, les laboratoires pharmaceutiques ont l’espoir que l’ARNm permettra de soigner de nouvelles maladies. Le Sida en fait partie… et des premiers tests pour un vaccin ont été lancés.

Un premier essai de phase I pour le vaccin contre le VIH

La maladie du Sida est une pandémie qui dure depuis plusieurs décennies : s’il existe des traitements permettant de vivre avec le syndrome d’immunodéficience acquise, et depuis peu même des traitements empêchant la transmission du virus lors de rapports sexuels non protégés, aucun vaccin n’existe, les scientifiques n’ayant jamais réussi à en produire un malgré les essais.

Le laboratoire Moderna, fort de son expérience avec l’ARN Messager qui lui a permis de créer le vaccin contre le Sars-CoV-2 responsable de la Covid-19, espère avancer sur la question en utilisant cette même technologie. Après avoir annoncé son intention de procéder à un premier essai humain en 2021, il a annoncé que le vaccin sera bien injecté cette année, un peu plus tard que prévu.

Un nouvel espoir pour lutter contre le Sida, mais encore du travail…

Moderna a confirmé, jeudi 27 janvier 2022, que 56 personnes séronégatives et en bonne santé recevront ce nouveau vaccin ARNm contre le Sida. La première étape étant en effet de voir la réaction du corps humain face au vaccin, et identifier s’il est réellement en mesure d’augmenter la production d’anticorps bnAb, qui ciblent le virus.

Les essais de Phase I ont, malheureusement, de nombreuses chances d’être un échec… et même s’il réussit, le monde pourrait devoir attendre encore des années voire des décennies avant que le vaccin du Sida ne soit disponible pour le grand public. Car, contrairement au coronavirus Sars-CoV-2, qui est issu d’une famille de virus que les chercheurs connaissent bien, le virus du Sida a des particularités qui rendent la création d’un vaccin particulièrement compliquée.


A découvrir