Stations de ski : vers un maintien de la fermeture des remontées ?

10 MILLIARDS €
Les stations de ski réalisent un chiffre d'affaires annuel de 10
milliards d'euros en temps normal.

Les professionnels du secteur de la montagne continuent de demander au gouvernement de prendre la décision qui pourrait, sinon sauver la saison, au moins leur permettre de survivre. Mais la situation sanitaire est loin de leur être favorable… et le gouvernement pencherait plutôt vers un maintien à l’arrêt des remontées mécaniques.

Sports d’hiver : pas de réouverture en 2021 ?

Ce sera mercredi 20 janvier 2021, lors de l’hebdomadaire réunion du Conseil de défense sanitaire, que le gouvernement pourrait trancher sur un maintien, ou non, de l’arrêt des remontées mécaniques. Mais, selon BFMTV, la décision serait quasiment prise : contrairement à ce qu’espèrent les professionnels du tourisme, il ne devrait pas y avoir de réouverture.

Or, pour les professionnels, le maintien de la fermeture serait catastrophique : après avoir dû fermer durant les vacances de Noël, qui représentent à elles seules 20% du chiffre d’affaires de la saison, l’interdiction d’ouvrir durant les vacances de février signifierait tout simplement sacrifier l’intégralité de la saison hivernale 2020-2021.

Un premier cluster « ski » 2021… à Saint-Moritz en Suisse

S’ils n’ont de cesse de dire que les stations de sports d’hiver, du fait de l’activité en plein air, n’augmentent pas les contaminations, la réalité semble bien différente. En Suisse, dans la station huppée de Saint-Moritz, le premier cluster « ski » de l’année a été identifié le 18 janvier 2021. Les autorités ont mis en quarantaine les clients et le personnel de deux hôtels de luxe et fermé les écoles de ski. 12 personnes ont été identifiées positives à la souche britannique du virus Sars-CoV-2, ce qui a déclenché une opération d’envergure avec un test massif de tous les présents. Or, si Saint-Moritz a bien conservé l’ouverture des remontées mécaniques, les bars et restaurants sont fermés, comme en France.

Et, naturellement, le gouvernement ne manque pas de regarder les événements de l’hiver 2019-2020 : un méga-cluster ayant pour origine la station de ski autrichienne de Ischgl avait entraîné la contamination de plus de 2.000 personnes dans au moins trois pays européens. Néanmoins, ce cluster était plus lié aux nombreux bars et restaurants de celle qu’on surnomme « l’Ibiza des Alpes » qu’à l’activité sportive, mais la prise de risques n’est pas à l’ordre du jour dans la stratégie gouvernementale.


A découvrir