La SNCF veut encourager les Français à prendre le train

5 milliards €
Le chiffre d'affaires de la SNCF est en baisse de 5 milliards d'euros
sur les 9 premiers mois de l'année 2020.

Le temps passe et nous rapproche mécaniquement de la date de sortie du confinement, et d’un retour à la normale, version cohabitation avec le coronavirus.  

Des tarifs plus clairs

Dans ce contexte, nous reprendrons tous le train à un moment ou un autre, peut-être, avec un peu de chance, pour aller voir de la famille pendant les vacances d’hiver ou au pire du pire, en février prochain. Consciente qu’il ne faut pas que les français ratent la marche au moment de remonter dans le train, la SNCF est déterminée à tout faire pour redonner envie aux français d’embarquer à nouveau dans le TGV, et accessoirement dans les Intercités.  

Le PDG du transporteur promet donc des tarifs plus lisibles, plus transparents, et plus attractifs dès l’an prochain. Il y a urgence, car les calculs sont imparables : parcourir 200 kilomètres avec 4 personnes à bord revient 3 à 4 fois moins cher en voiture, comparé au train.  

Une concurrence rude

Bien sûr, dans ce calcul, le coût d’acquisition de la voiture et son coût d’entretien ne sont pas compris. Mais quand on possède une voiture, c’est pour s’en servir, pas pour la laisser au garage. On ne découpe pas non plus l’utilisation d’une maison ou d’un appartement dont on est locataire ou propriétaire à la journée.  

L’équation est cependant délicate pour la SNCF : la concurrence de l’auto-partage, et bientôt, de transporteurs alternatifs étrangers sur certaines grandes lignes, va encore compliquer les choses.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).