SNCF : Paris intra-muros bientôt desservi par des trains Ouigo

16 euros
Les billets Ouigo au départ et à l'arrivée de Paris Montparnasse
coûteront 16 euros minimum.

Dès le 10 décembre 2017, les trains à grande vitesse et low-cost Ouigo partiront pour la première fois d’une gare située à Paris intra-muros, à savoir la gare Montparnasse. Cette nouveauté répond à l’objectif de la SNCF de capter 15 millions de clients supplémentaires d’ici 2020.

La grande faiblesse de l’offre Ouigo : ces trains ne s’arrêtent pas à Paris

Lancés en avril 2013, les trains low-cost Ouigo desservent actuellement Paris via trois gares, toutes les trois situées en grande banlieue : Marne la Vallée Chessy (Seine-et-Marne), Massy TGV (Essonne) et Aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle (Val-d’Oise). Vecteur d’économies important pour la SNCF (les redevances dont s’acquitte le transporteur sont beaucoup moins élevées dans ces gares de banlieue), cette organisation est en revanche handicapante pour les voyageurs. Pour rejoindre Paris depuis Marne la Vallée, le client est amené à acheter un ticket coûtant 7,60 euros, le prix de ce « supplément imposé » allant jusqu’à 10,30 euros si votre train arrive à Roissy-Charles-de-Gaulle. De quoi couper l’envie de prendre le train à bon nombre de voyageurs au budget modeste.

Ouigo, 18 % du trafic grande vitesse en 2018 ?

À compter du 10 décembre 2017, il sera donc possible de rejoindre Bordeaux, Nantes et Rennes en Ouigo depuis Paris Montparnasse. Deux allers-retours quotidiens seront assurés sur la ligne Paris-Bordeaux, deux allers-retours sur l’axe Paris-Nantes et un aller-retour entre Paris et Rennes.

Mais ce confort aura un prix : sur ces nouvelles lignes, les billets se vendront 16 euros minimum, contre 10 euros actuellement, au départ des gares de banlieue. Longtemps associés dans l’esprit des clients à leurs prix d’appel imbattables, les trains Ouigo deviennent donc plus chers. La SNCF compte néanmoins que ces nouveaux trains au départ de Paris Montparnasse transporteront 3,7 millions de passagers en 2018 et permettront à Ouigo d’atteindre la barre des 18 % du trafic grande vitesse.


A découvrir