Soldes : 66% des petits commerçants n'y voient plus d'intérêt commercial

66 %
66% des commerçants estiment que les soldes ne présentent pas un
intérêt commercial pour leur entreprise.

58% des petits commerçants tirent un bilan négatif des soldes d’été 2021, et 66% déclarent ne plus y voir d’intérêt commercial, apprend-on d’une enquête réalisée par le Syndicat des Indépendants (SDI).

Soldes d’été 2021 : 7 commerçants sur 10 ne sont pas parvenus à écouler les stocks qu’ils voulaient

Tout en les décriant depuis une bonne décennie, les commerçants continuent de pratiquer les soldes. Mais ils n’en sont pas vraiment satisfaits. Selon une enquête que le Syndicat des Indépendants (SDI) a réalisé auprès de 700 petits commerçants, 58% d’entre eux tirent un bilan négatif des soldes d’été 2021, qui viennent de se terminer, dont 42% « plutôt négatif » et 16% « très négatif ». Le reste des commerçants répondent que le bilan de ces soldes est neutre (26%), et seuls 14% en tirent un bilan positif.

Si les commerçants portent un regard aussi critique sur les soldes, c’est parce que la majorité d’entre eux (69%) ne sont pas parvenus à écouler tous les stocks qu’ils voulaient. 66% des commerçants vont même jusqu’à dire qu’ils ne voient plus d’intérêt commercial à cette opération.

Plus de la moitié des commerçants ayant pratiqué des ventes privées en sont restés satisfaits

Malgré cela, plus d’un tiers des commerçants (36%) sont parvenus à réaliser un chiffre d’affaires identique à celui des soldes 2019. 61% des commerçants font part d’un chiffre d’affaires inférieur, et seuls 3% font état d’un chiffre d’affaires supérieur.

Quid des ventes privées, présentées tantôt comme un passage obligé, tantôt comme le moyen assuré de « massacrer » le bilan des soldes ? Il ressort de cette enquête que 22% des petits commerçants ont pratiqué des ventes privées en amont des soldes, avec néanmoins un bilan mitigé puisque seuls 58% des commerçants qui les ont pratiquées en sont restés satisfaits. Enfin, interrogés sur le choix des dates des soldes, 67% des commerçants ont jugé leur décalage une mauvaise idée.


A découvrir