Des soldes d'hiver médiocres pour les commerçants

66 %
Pendant les soldes d'hiver, 66% des commerçants à Paris et en
Ile-de-France ont vu des ventes inférieures à celles de l'année
précédente.

Les soldes d’hiver n’ont pas permis aux commerçants de redresser la barre, après une fin d’année très morose marquée par une fréquentation et un chiffre d’affaires en recul.

Six semaines après le début des soldes d’hiver, quel constat pour cette période de remises ? Les différents bilans dressés par les organisations professionnelles et la Chambre de commerce et d’industrie de Paris et de l’Ile-de-France montrent que la situation ne s’est pas améliorée. Selon un sondage de la CCI, deux tiers des commerçants ont enregistré des ventes inférieures à celles des soldes d’hiver de l’année précédente. Plus de 8 commerçants sur 10 estiment que le mouvement des « gilets jaunes » a eu des conséquences importantes sur leur activité — un mouvement qui fêtait d’ailleurs ses trois mois ce dimanche.

Une activité impacté par les « gilets jaunes » 

Les manifestations et les blocages organisés par les « gilets jaunes » ont eu lieu les samedis, jour traditionnel de grande fréquentation dans les boutiques. Les 26 000 magasins regroupés au sein de l’Alliance du Commerce ont enregistré une baisse des ventes de 0,9% pour les grands magasins, de 2,4% dans l’habillement. L’organisation relève toutefois une vraie disparité entre les chaînes spécialisées installées dans les centres-villes, et les magasins de périphérie : chez les premières, la baisse des ventes a été de 2,3%, tandis que les deuxièmes ont enregistré une progression du chiffre d’affaires de même ampleur.

Recul du chiffre d’affaires

La Procos, la Fédération du commerce spécialisé, a noté une stagnation des ventes en janvier par rapport à l’année précédente, et un recul de 3,5% pour le mois de février. La météo a permis d’écouler des vêtements chauds, mais malgré ce coup de main des éléments, le chiffre d’affaires n’a pas été particulièrement soutenu par les soldes d’hiver. Un moment qui reste tout de même important aux yeux des commerçants : c’est le seul moment de l’année où ils peuvent vendre à perte.


A découvrir