Le retour du Sportel à Monaco

42 %
Pour 42% des gens, visionner un évéement sportif féminin augmente
l'intérêt pour le sport féminin.

Grand rendez-vous des acteurs du monde du sport ainsi que des médias sportifs, le Sportel s’est déroulé du 5 au 7 octobre 2021 au Grimaldi Forum de Monaco, malgré l’absence notable de plusieurs représentants du sport américain tels que la NBA, mais avec quelques nouveautés au programme.

Pour ceux qui ne connaitraient pas, le Sportel, c’est l’évènement où tous les grands noms du monde du sport et des médias se réunissent, mais pas seulement.

Certes, on y retrouve bon nombre de représentants de Ligues, de Fédérations et de clubs à l’image de Javier Tebas, président de la Liga, ou encore des sportifs de premier plan tels que Cyril Gane, actuel champion poids lourds à l’UFC, afin de renforcer leur visibilité à l’international, mais aussi d’autres invités moins connus, comme l’Ekstraklasa (championnat polonais de football) cherchant de son côté de se faire connaitre davantage en France.

Mais bien entendu, le Sportel, c’est également là où sont mises en avant les nouvelles tendances.

On peut notamment souligner un intérêt grandissant pour les sports féminins depuis maintenant plusieurs années, grâce à une meilleure médiatisation des évènements de grande ampleur tels la Coupe du monde de la FIFA.

Résultat ? La mixité n’est plus considérée par les sponsors comme une opportunité, mais un enjeu.

Point.P, ancien partenaire historique de la Coupe de la Ligue (arrêtée en 2020), sponsorise désormais l’ensemble du football professionnel français, masculin, mais également féminin « Avec pour objectifs de faire rayonner la marque et d’accélérer sur le chemin de l’égalité femmes – hommes. »

 


 

Autre grande tendance mise en avant à l’occasion de ce Sportel, celle de l’accélération du digital.

D’un côté, on découvre le véritable essor des offres dites « OTT », en d’autres termes, des sites proposant du contenu audiovisuel moyennant une souscription, dans le même style que Netflix & consorts.

On peut d’ailleurs citer Sportall.tv, qui semble être la valeur montante dans le domaine, avec son offre de chaine numérique permettant de suivre des sports peu ou pas visibles sur les canaux traditionnels, tels que le bmx, le futsal, l’athlétisme et d’autres sports olympiques. Un modèle économique non traditionnel, mais très en vogue comme le souligne le succès des grands acteurs du monde du streaming.

D’un autre côté, de nombreux regards étaient tournés vers l’esport. Pour ceux auxquels le terme, ou même le concept demeure abstrait, il s’agit tout simplement de compétitions de jeux vidéo en ligne attirant désormais aisément des milliers de spectateurs, et où les vainqueurs se partagent plusieurs millions d’euros lors des grandes compétitions internationales. A l’ère du digital, il s’agit tout simplement d’une des valeurs montantes durant ces dernières années, particulièrement populaire auprès des générations Y et Z.

Ainsi, paradoxalement, si les participants de ce Sportel ont pu se réjouir du retour en présentiel du salon à l’occasion de sa 31ème édition, cela ne l’aura pas empêché d’être largement placé sous le signe du digital.


A découvrir

Mathieu Sauvajot

Titulaire d’un Master de la Sorbonne, spécialisé dans les questions relatives à l’Amérique latine, Mathieu Sauvajot a d’abord rédigé des articles traitant de la géopolitique et de l’économie de ce continent, avant de se tourner vers le domaine du sport. Désormais, il est rédacteur auprès de Paris United ainsi que de l’Observatoire du Sport Business.