Cancer de la vessie : 1 Français sur 4 ignore les symptômes, et vous ?

28 %
Seulement 28% des Français connaissent bien les symptômes du cancer de
la vessie.

Septième cancer le plus fréquent en France, le cancer de la vessie est encore trop méconnu. Alors que certains symptômes sont assez faciles à identifier, une enquête révèle qu’un français sur quatre les ignore totalement. Pourtant, une prise en charge précoce de cette maladie augmente les chances de guérison.

Reconnaître les symptômes du cancer de la vessie

Des cancers génito-urinaires, c’est le cancer de la prostate qui est le plus fréquent et le plus connu. Le cancer de la vessie, lui, est le deuxième cancer génito-urinaire le plus fréquent, mais beaucoup de personnes ignorent les symptômes à surveiller. Selon une étude Opinion Way réalisée pour l'Alliance Merck-Pfizer et l'association Cancer Vessie France les Zuros, 68% des Français ont déjà entendu parler de cette maladie mais 1 sondé sur 4 ignore les symptômes à surveiller. Enfin, seulement 28% des personnes interrogées ont déclaré très bien connaître ce type de cancer.

Certains symptômes sont pourtant facilement identifiables. Il s’agit notamment de la présence de sang dans les urines (hématurie), des envies d’uriner fréquentes et une sensation de brûlure lors de la miction. En cas d’apparition de l’un de ces signes, il convient de prendre rendez-vous avec son médecin traitant qui redirigera si nécessaire son patient vers un urologue.

Le tabac est un facteur aggravant du cancer de la vessie

En France, le cancer de la vessie est le septième cancer le plus courant. Il touche entre 13.000 et 15.000 personnes, principalement les 70 ans et plus, ainsi que les hommes (4 hommes pour une femme). Cette maladie est plus fréquente chez les fumeurs mais bien que le tabac soit un facteur aggravant, seulement 3 sondés sur 5 en ont conscience.

Le cancer de la vessie est aussi plus fréquent chez les personnes qui ont été soignées par radiothérapie ou chimiothérapie, les patients qui souffrent d’infections urinaires à répétition ou qui sont exposés à des produits chimiques. Son taux de survie à 5 ans est de 80% à 90%.


A découvrir