L'Espagne taxe les comptes bancaires : le début du plus grand hold-up de l'Histoire ?

En Espagne, les dépôts bancaires subissent désormais une taxe de 0,03
%.

C'est parti : le 7 juillet, l'Espagne a décidé de taxer de façon rétroactive tous les dépôts bancaires de 0,03%. Et devinez pourquoi ? Pour relancer la croissance et la création d'emploi, bien sûr ! À chaque fois que nous nous disons « ils n'oseront pas » nous nous trompons. « Ils » c'est bien sûr les fonctionnaires omniscients et leurs conseillers intéressés. La chypriotisation, la confiscation des assurances vies en Pologne, les taux négatifs, la taxe Lagarde... Quelle couleuvre n'avalerait-on pas pour la croissance et l'emploi ?

Pourtant, pendant des milliers d'années, l'économie - c'est à dire la production de biens et services et les échanges commerciaux librement consentis entre bipèdes - s'est développée sans ces artifices. En effet, nous produisons plus qu'à l'Âge de pierre et les biens et services circulent plus librement qu'au XIXème siècle. Ce résultat a été obtenu le plus souvent malgré les taxes douanières, les escroqueries monétaires, de malheureux épisodes guerriers ; nous avons connu des hauts et des bas, mais sommes arrivés à produire et à échanger plus et mieux.

Aujourd'hui, toutefois, on nous explique que des administratifs et des fonctionnaires sont seul aptes à savoir ce qui est bon pour la croissance et l'emploi. Ce qui leur donne le droit de confisquer notre argent.

En réalité, cette mesure est un pas de plus vers la répression financière. Le niveau de dettes publiques est devenu insupportable et il va bien falloir taper dans l'épargne de ceux qui ne vivent pas de redistribution achetée à crédit. Si cela peut vous réconforter, c'est partout pareil.

Le Financial Times nous apprend que la Fed envisage d'imposer des frais de sortie aux fonds d'investissement obligataires dans le but de rendre ce marché de 10 000 milliards de dollars moins vulnérable. Si les investisseurs avaient la mauvaise idée de se diriger ensemble vers la sortie, les actifs détenus par les fonds pourraient devenir invendables, s'inquiète - sans rire - la Federal Reserve. Des frais de sortie décourageraient les retraits et limiteraient la casse. C'est le principe bien connu du racket : un individu peu recommandable vous fait payer pour vous assurer contre le dommage que ce même individu a provoqué.

 

L'économiste Kenneth Rogoff suggère dans une autre tribune du Financial Times de purement et simplement supprimer le cash, prétendant ainsi lutter contre le crime. En réalité cette mesure permet d'appliquer aux malheureux déposants des taux d'intérêts négatifs, voire une taxe Lagarde, justifie plus loin notre docte universitaire. Supprimer le cash c'est s'assurer de 0 fuite dans le système.

 

Dans cette répression financière sans précédent historique par sa violence et son échelle mondiale, il semble bien que l'or et l'argent auront leurs rôles à jouer... La relique barbare appréciera certainement de renaître dans un monde sans cash dans lequel tout investissement devient une prison ! Surtout, ne faites pas trop confiance à votre banque : la finance, servante dévouée de la politique de la dette saura se transformer en servile collecteur d'impôts au premier appel.

 

Plus d'analyse de ce genre ? C'est ici et c'est gratuit.


A découvrir

Simone Wapler

Simone Wapler est directrice éditoriale des publications Agora, spécialisées dans les analyses et conseils financiers. Ingénieur de formation, elle a quitté les laboratoires pour les marchés financiers et vécu l'éclatement de la bulle internet. Grâce à son expertise, elle sert aujourd'hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.

Elle a publié "Pourquoi la France va faire faillite" (2012), "Comment l'État va faire main basse sur votre argent" (2013), "Pouvez-vous faire confiance à votre banque ?" (2014) et “La fabrique de pauvres” (2015) aux Éditions Ixelles.