La taxe « abri de jardin » augmente en 2020

50 %
La taxe d'aménagement est réduite de 50% pour les 100 premiers mètres
carrés de la résidence principale.

Si le gouvernement a supprimé, pour 2020, la taxe d’habitation pour 80 % des ménages en France, il ne faudrait surtout pas penser que les impôts baissent. La taxe dite « abri de jardin », officiellement taxe d’aménagement, augmente une nouvelle fois. Ce ne sera que la troisième hausse en trois ans…

Qui doit payer la taxe « abri de jardin » ?

Contrairement à la taxe d’habitation ou la taxe foncière, la taxe d’aménagement n’est, elle, à payer qu’une fois : au moment des travaux. Donc, de fait, si vous n’avez pas de travaux prévus en 2020 vous êtes sauvé.

Pour les autres, la loi prévoit le paiement de la taxe pour « toutes les opérations d’aménagement, de construction, de reconstruction et d’agrandissement de bâtiments ou d’installations ». Le champ d’application est donc très large, mais il y a une condition : il faut que ces travaux nécessitent une autorisation d’urbanisme.

Dans le détail, ce sont les constructions closes et couvertes qui sont vidées, dès lors qu’elles dépassent 5 mètres carrés au sol et 1,80 mètre de hauteur… Et même les abris de jardin démontables sont concernés, tout comme les piscines, les caves, les panneaux solaires… Mais les pergolas et les terrasses non couvertes ou ouvertes sur l’extérieur sont exemptées.

Une hausse de 3 % de la taxe d’aménagement

Pour ce qui est du prix qu’il vous faudra payer en pus des travaux, il augmente de 3 %. En tout cas, la taxe elle-même qui affiche pour 2020 une valeur forfaitaire de 860 euros le mètre carré en Île-de-France et de 759 euros le mètre carré ailleurs dans l’Hexagone. Pour les piscines, elle est de 200 euros le mètre carré, et pour les panneaux solaires de 10 euros le mètre carré. Mais ne vous inquiétez pas, ce n’est pas ce montant qu’il vous faudra payer.

En fait, pour calculer le montant de la taxe, c’est un peu plus compliqué : ce montant forfaitaire doit être multiplié par les mètres carrés de surface prévus et ensuite être modulé en fonction de deux taux : celui de la commune et celui du département (il faut rajouter un troisième taux fixé par la région en Île-de-France). C’est tellement compliqué et variable que le gouvernement a mis en place un simulateur : https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/calcul-de-la-taxe-damenagement#e0

Mais il sera plus simple de s’informer auprès du professionnel auquel vous confiez les travaux, ou auprès de votre commune.


A découvrir