Taxe foncière : une hausse de plus de 30% en dix ans

31,4 %
La taxe foncière a augmenté de 31,4% entre 2009 et 2019.

Révélés en exclusivité au Parisien par l'Union nationale des propriétaires immobiliers, les derniers chiffres de la taxe foncière montrent une hausse de plus de 30% de cette dernière en dix ans.

Une hausse continue depuis dix ans

Depuis dix ans, la taxe foncière payée par les propriétaires chaque année à la fin du mois d'octobre, n'a cessé d'augmenter. L'Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) a dévoilé en exclusivité au Parisien l'évolution de la taxe foncière en France sur les dix dernières années. Ainsi, l'impôt local des propriétaires a augmenté de 31,4% entre 2009 et 2019.

Selon l'Insee, 58% des ménages français sont propriétaires d'au moins un bien immobilier et 17,5 millions sont propriétaires de leur résidence principale. La hausse de la taxe foncière a été plus forte dans la première partie de la décennie puis s'est légèrement adoucie. Entre 2014 et 2019, le bond reste cependant de 12,1%. Le directeur de l'UNPI Christophe Demerson s'inquiète d'ailleurs de cette très forte hausse : « Cela reste colossal. C'est trois fois plus que l'inflation sur la même période et six fois plus que la hausse des loyers ! »

Un léger répit avec les élections municipales de 2020

Si l'année 2020, sera elle aussi marquée par une hausse de la taxe foncière pour les propriétaires, cette dernière sera moins forte que les années précédentes. En 2020, la taxe foncière coûtera 1,2% de plus aux propriétaires en comparaison à l'année 2019. Ce ralentissement est dû aux élections municipales et aux promesses qui en ont découlé. Ainsi, en 2020, aucune des 36.500 communes française n'a pris la décision d'élever le taux de la taxe foncière au niveau communal. Une nouvelle taxe spéciale d'équipement a cependant été votée dans deux communes Orléans et Tours. Pour Christophe Demerson, cette baisse n'est que passagère, « comme d'habitude, cela ne va pas durer… ».

Si la taxe d'habitation qui doit disparaître d'ici 2023 va soulager les propriétaires, l'UNPI craint que les élus locaux compensent la perte de cet impôt par l'augmentation de la taxe foncière.


A découvrir