Taxe d'habitation : la baisse de 30% n'est pas au rendez-vous pour tous

5 680
Selon un rapport parlementaire, 5 680 communes ont augmenté leur taxe
en 2018.

Emmanuel Macron avait promis que la taxe d'habitation devait baisser de 30% pour 22 millions de foyers. Or, les avis de taxes d'habitation arrivent dans les boîtes aux lettres et des milliers de communes ont choisi d'augmenter les taxes locales...

Baisse de 30% de la taxe d'habitation annoncée pour 80% des ménages, mais les autres trinquent

Retour à la réalité pour des milliers de contribuables en ouvrant leur avis de taxe d'habitation ces derniers jours : la baisse de 30% promise par le gouvernement pour 80% des ménages ne sera finalement pas une réalité pour certains. Si l'État a bien appliqué les 30% de baisses, il a pris pour base l'imposition de 2017. Or, certaines communes ont entre temps augmenté la taxe. Au final, la baisse est moindre, voire inexistante même dans de très rares cas.

Certains comme Franceinfo ont fait le calcul pour pouvoir comprendre ce que vivent les concernés. Un couple de retraité de l'Oise qui payait 969 euros de taxe en 2017, contre 797 euros en 2018 profite donc bien d'une baisse certes, mais elle n'est que de 18%. Autre exemple, en Seine-et-Marne, où la taxe d'habitation a augmenté de 15% en 2018. Dans ce cas, la mairie explique que cela est dû à la baisse des dotations de l'État. Les communes semblent donc avoir anticipé.

Au total, 5 680 communes ont augmenté leur taxe en 2018

Pour rappel, le dégrèvement atteindra les 65 % en 2019, avant la disparation totale de cet impôt en 2020. Les Français qui ne sont pas concernés sont ceux dont le revenu fiscal de référence atteint 27 000 euros pour la première part de quotient familial. Un revenu majoré de 8 000 euros pour les deux demi-parts suivantes et 6 000 euros à compter de la troisième. 

Selon un rapport parlementaire de juillet 2018, au final, si 24 250 villes ont décidé de conserver le même taux que l’an passé pour la taxe d’habitation, 5 680 communes ont, elles, augmenté leur taxe en 2018. Et les premières victimes semblent bien être les célibataires et les plus aisés, pour qui cet impôt augmente, et pour certains de façon importante. 


A découvrir