Dès 2018, taxis sans chauffeur à Paris. Uber et taxis enfin réconciliés par le chômage !

130000 EUROS
Une licence de taxi à Paris coûte environ 130 000 euros

Ha, voilà une excellente nouvelle. Nos chauffeurs de VTC d’Uber et des autres vont se réconcilier assez rapidement avec les chauffeurs de taxis, car tous vont se retrouver assez rapidement chez le même employeur… à savoir Pôle emploi.

Ils vont très prochainement donc se retrouver remplacés, tous autant qu’ils sont, par les voitures autonomes et sans chauffeur.

La technologie est prête, disponible. Il ne manque que l’évolution du cadre juridique nécessaire au déploiement massif des voitures sans conducteur.

À Paris, c’est une « expérimentation » qui sera lancée dès 2018 et cela fait suite à ce qui a été récemment annoncé pour la ville de New York également pour le premier trimestre 2018 avec le déploiement de centaines de taxis sans personne pour les conduire.

Taxi électrique et sans chauffeur : le Français Navya se lance à Paris

« Pouvant accueillir 1 à 6 passagers, AUTONOM CAB constitue une solution intelligente, fluide et performante qui répond aux attentes des utilisateurs sur le premier et dernier kilomètre, avant, pendant et après le trajet. Quel que soit le service choisi, partagé ou privatisé, AUTONOM CAB favorise la convivialité et le bien-être.

À bord, le passager peut choisir de travailler avec tout le confort de la connectique ou bénéficier d’une visite interactive et culturelle de la ville. Il peut également sélectionner la playlist de son choix ou encore commander ses places de cinéma ou de musée. À court terme, AUTONOM CAB offrira tout un univers de services, pour redonner de la liberté à la mobilité »…

Et les véhicules sont chouettes, confortables et sans le coût du chauffeur et de l’essence à payer, nul doute que ce sera une excellente affaire pour les opérateurs qui sauront exploiter d’immenses flottes de voitures électriques et autonomes dont vous ne serez plus jamais propriétaires mais qui vous seront louées sans doute très cher !!!

On vous expliquera que c’est pour votre bien, votre sécurité routière, la pollution, l’environnement machin toussa, et au passage on vous fera les poches que tout le monde cherche à vous vider consciencieusement.

Cette immense mutation n’est pas pour demain. Sous vos yeux, en réalité, elle a déjà commencé. Elle porte un nom.

La robolution. La révolution robotique avec la fusion de dizaines de nouvelles capacités technologiques qui permettent désormais de s’affranchir totalement de l’intervention humaine dans un nombre de domaines effrayant.

Un coût de 250 000 € par véhicule !

La question restant en suspens à court terme est liée aux coûts de tels véhicules qui restent encore très cher, et cela va évidemment impacter la rentabilité puisque le prix d’achat oscille pour l’instant entre 230 000 et 250 000 euros.

Il ne faut pas oublier qu’une licence de taxi à Paris coûte environ 130 000 euros auxquels il convient évidemment de rajouter le coût d’achat de la voiture.

Après, vous prenez en compte le coût de la main-d’œuvre et le fait qu’un chauffeur va travailler au mieux 10 heures par jour… se reposer, dormir.

Autant de problèmes ou de contraintes qui ne pèsent pas sur une voiture autonome disponible 24h/24, 7 jours sur 7, sans jamais devoir prendre de vacances.

Pour le moment, les taxis autonomes seront largement aussi rentables que les taxis « humains » sans être pour autant nettement plus rentables.

La rentabilité deviendra considérable quand le coût d’acquisition de tels engins se réduira sensiblement, et ce sera le cas rapidement car les prix des technologies sont toujours sujets à des baisses très rapides.

Taxis et Uber, comme les Canuts, unis contre les taxis autonomes !

Voilà ce qui est prévisible. Des milliers de personnes vont perdre leur gagne-pain et leur outil de travail en voyant débouler ces « engins de malheur ».

La tentation sera grande d’aller a minima salir quelques capteurs sur ces véhicules pour qu’ils ne puissent plus fonctionner de façon autonome.

Il faudra alors adapter le droit et les lois pour sauvegarder l’intégrité des machines, engins et autres robots qu’il faudra doter d’une personnalité juridique nouvelle pour pouvoir sanctionner les humains, qui ne manqueront pas de mener une guérilla contre cette invasion des robots, et protéger les intérêts financiers des grandes corporations incarnant le système totalitaire marchand qui a devant des perspectives ahurissantes de profits.

La guerre contre les machines a déjà commencé. Vous ne le savez pas encore, c’est tout.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.