France Télévision, c'est fini !

Le manque à gagner de recettes s'élève à 320 millions d'ici à 2015
pour France Télévision selon sa direction.

Je viens d'être informé en off, par une source sûre et au-delà de tout soupçon, sans oublier qu'elle évolue dans ce que l'on appelle les milieux autorisés, que France Télévision, c'est-à dire tous les France 1,2 3 4 5 etc. qui coûtent un pognon fou aux contribuables, allaient tout simplement être dissous. Le projet, confidentiel pour le moment, qui m'a été remis par cette source gouvernementale est très clair. Dissoudre France Télévision. L'ensemble du Groupe serait mis en faillite.

Une nouvelle structure serait créée afin d'assurer la continuité des programmes mais seul 15 % des effectifs seraient repris. Cette solution qui semble radicale ne susciterait pas plus de problèmes qu'une lente réforme inefficace de ce machin obèse, tentaculaire et ingérable. Journalistes grassement payés, programmation de qualité médiocre, audience en berne, concurrence de la TNT, bref, le gouvernement n'a plus les moyens d'entretenir les milliers de salariés de cette entreprise publique qui, de surcroît, ne vend plus de pub en prime time.

Toujours selon ce rapport, l'une des principales difficultés serait en termes de communication afin que cette restructuration ne passe pas pour un cadeau fait notamment aux intérêts privés de TF1. En effet, les 12 millions d'euros de bénéfices affichés par le Groupe en 2012 n'ont pas été jugés suffisants par les services du Premiers ministre qui considère que le plan d'économie est trop long à mettre œuvre.

Une restructuration de France TV inimaginable, et pourtant

De l'autre côté de la Seine, à Radio France, l'inquiétude commence à monter car les chiffres sont encore plus inquiétants. Ce qui sera fait pour le Groupe France Télévision montrera certainement la voie à une restructuration aussi violente de la « Maison de la Radio », à l'heure en plus où l'image et Internet remettent en cause l'existence même du média « radio ».
Vous allez me dire que je suis mal renseigné, que ce n'est pas possible !

J'insiste, cette source est vraiment au-dessus de tout soupçon. Je ne vais pas vous dire que c'est mon copain Jean-Marc (Héro) qui me l'a dit mais c'est presque de ce niveau. Alors ne me dites pas que ce n'est pas possible car finalement, nous faisons face, quel que soit le sujet, qu'à des événements qui n'auraient jamais dû se produire mais qui sont quand même arrivés.

Quelques exemples divers et variés. Jamais il n'a été envisagé, y compris par EDF en France, que 3 réacteurs d'une même centrale nucléaire pouvaient tomber en carafe simultanément et nous exploser à la figure. Pourtant il y a eu Fukushima. Jamais il n'a été envisagé que des pilules jaunes se retrouvent à la place des pilules vertes dans le cadre d'une inversion de boîtes de médicaments. Et pourtant vous avez l'affaire TEVA (qui ne sait toujours pas comment ça s'est passé, ce qui doit vous rassurer sur l'efficacité de la traçabilité). Jamais il n'a été envisagé qu'il puisse y avoir du cheval à la place de bœuf dans vos lasagnes... Et pourtant nous avons eu le scandale du Lasagne Gate ! Jamais le vol Paris-Rio n'aurait dû s'écraser... Pourtant il n'est jamais arrivé. Jamais il n'a été envisagé que l'on puisse rentrer sur notre base de sous-marins nucléaires comme dans un moulin... et pourtant c'est le cas. Ce n'est pas bien grave, ce sont juste des missiles capables de raser 5 fois la planète...

De la même façon, jamais il n'a été envisagé qu'un État occidental normal de la zone euro puisse faire faillite. Puis vous avez eu la Grèce, Chypre, le Portugal, l'Espagne, l'Italie et bien sûr la France... Mais cela ne se produira pas. Jamais il n'a été envisagé que toutes les banques puissent s'effondrer en même temps... et vous avez eu la crise systémique de 2008. Le dérapage a été rattrapé au dernier moment et depuis tout le système tient avec des bouts de ficelle qui craquent... Mais cela ne se reproduira pas puisque votre Président a dit que la crise financière était bien finie...

Alors croyez moi ! Mon information est bonne... peut-être un peu en avance sur son temps, rien de plus. Bon d'accord, je viens de vous raconter n'importe quoi, et je n'ai pas de source secrète au gouvernement Héro ! En revanche, c'est ce qui se passe en Grèce et là, ce n'est pas une blague. C'était juste pour nous faire toucher du doigt ce qui se passe dans ce pays et d'essayer de le transposer au nôtre.

Une fermeture possible a l'instar de la télévision publique grecque

Là encore, c'est juste une question d'avance, car nous allons y arriver. Tout doucement, nous nous « grècifions ». Alors nous arriverons au même type de situation. C'est une information sérieuse cette fois, puisqu'elle émane d'un vrai média, un média sérieux puisqu'il est payé par vos zimpôts : France Info ! Pour faire des économies, la Grèce annonce la fermeture immédiate de la télévision publique ERT.

Voici le titre de leur article qui relaie une dépêche Reuters (dont l'abonnement de France Info est payé par vos zimpôts pour payer grassement des gens à faire des copier-coller). « Le gouvernement grec vient d'annoncer la fermeture immédiate de la télévision publique ERT. Les chaînes cesseront d'émettre ce mardi soir à minuit. Quelque 2 700 de salariés y travaillent. Une structure plus petite va être créée avec un nombre considérablement réduit de salarié. » Voilà, à partir de minuit, la télé sera coupée... Cela coûte trop cher ! Je trouve cette information tout simplement énorme. Ce qui n'empêche pas notre Président de nous bercer d'illusion sur le tempo « c'est Juuuuuste, tout va bien et la crise est finie »... sans oublier le coup de l'inversion de la courbe du chômage, alors que les rentrées fiscales diminuent au fur et à mesure que les « zimpôts » augmentent... Nous allons dans le mur.

« La sentence est tombée sèchement. Dans une allocution, le porte-parole du gouvernement, SimosKedikoglou a expliqué : « La diffusion de ERT s'arrêtera après la fin des programmes ce soir. » En cause, affirme le gouvernement « la mauvaise gestion de la structure composée de trois chaînes de télévision et d'une radio publique. L'ERT emploie, selon les médias grecs, 2 700 personnes. »


Alors certes, il y a de la mauvaise gestion en Grèce et il est de bon ton de dire... que c'est la faute des Grecs... pourtant c'est là encore une grande illusion. Nous ne valons pas mieux que les Grecs et nous gâchons et dilapidons nos ressources de façon stupide depuis 40 ans. Nos ressources... mais également celles que nous n'avons pas. C'est ce que l'on appelle la dette ! « Le porte-parole a expliqué – à la télévision publique – que l'ERT constitue « un cas d'absence exceptionnel de transparence et de dépenses incroyables ». Et de conclure : « Et tout ceci prend fin maintenant. » Alors oui, ils zont été méchants les salariés de l'ERT, des vilains et c'est leur faute. Mais à France Télévision ou à Radio France, c'est la même chose. Sauf que nous, nous croyons encore avoir un peu de pognon, alors que les Grecs, eux, savent qu'ils n'en n'ont plus du tout ! Les caisses sont vides, mais on vous explique que la Grèce va mieux. J'en pleure de rire et de tristesse pour ce peuple.

Une nouvelle télévision publique grecque avec moins d'employés

« Toujours selon Simos Kedikoglou, l'organisation publique rouvrira sous une autre forme, avec un nombre considérablement réduit de salariés. Les actuels employés d'ERT seront autorisés à postuler à un emploi dans la nouvelle structure. » On ferme, on reprend les meilleurs (10 %), on laisse tomber les zautres. Les salaires des nouveaux seront divisés par 10. Super ! Cela porte un nom. Dépression et déflation y compris des salaires. Les salaires baissent. Ils se réajustent sur les salaires des pays émergents. Au prix du chinois, nous retrouverons une forme de compétitivité. C'est ça le prôôôôgrèèèèès !

« Cette annonce a pris le peuple grec de court, même si la rumeur courrait depuis plusieurs semaines. La nouvelle est tombée alors que les chefs de file de la troïka des créanciers de la Grèce (UE-BCE-FMI) sont à Athènes. » Normal, il fallait encore couper dans le vif et tailler dans le gras (ou l'inverse). Reste qu'au même moment, le FMI qui nous prend pour des crétins nous explique qu'il a fait des erreurs et demande encore plus de coupes à la Grèce au même moment. Vaste bouffonnerie de communicants.

« Le syndicat GSEE a immédiatement condamné « cette décision soudaine ». Dans le même temps, de nombreux employés de l'ERT se sont rassemblés devant le siège de l'entreprise et se sont engagés à combattre cette décision. » Il peuvent râler, manifester, de toute façon ils seront gazés par les forces de l'ordre... qui sont les derniers fonctionnaires à recevoir encore une solde décente, car il n'y a qu'en France qu'en plus le gouvernement traîne des pieds pour payer les salaires des gendarmes et des militaires...

Ce qui se passe en Grèce est en marche en France depuis 2013. En 2014, ce sera pire. L'euro va nous tuer.


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.